« Bon rétablissement », de la part de Lizin

LAMBERT,EDDY

Page 11

Samedi 10 février 2007

Huy Nouvelle plainte contre la bourgmestre

La bourgmestre écrit aux patients du CHRH. Un conseiller communal saisit la Commission de la protection de la vie privée.

A leur entrée, les patients du Centre hospitalier régional de Huy (CHRH) reçoivent un petit carton. Il est écrit : « A.-M. Lizin, présidente du comité stratégique, sénatrice, bourgmestre, vous souhaite un prompt rétablissement. » Une gentille attention, mais qui interpelle certains : comment est-elle au courant ?

Pour Philippe Charpentier, conseiller communal à Huy, il y a là atteinte au respect de la vie privée et au secret professionnel. « Anne-Marie Lizin sait qui est hospitalisé et dans quel secteur. Connaît-elle le type d'intervention... ? »

Le conseiller du groupe d'opposition Ensemble, avocat de métier, a déposé plainte à la Commission de la protection de la vie privée. Si celle-ci conclut à un manquement, le dossier sera transmis au ministre de tutelle Philippe Courard. Grand ami d'Anne-Marie Lizin...

L'« affaire » n'est pas récente. Philippe Charpentier avait déjà interpellé la bourgmestre l'an dernier au conseil communal. Anne-Marie Lizin lui avait répondu n'être « en aucun cas informée de l'hospitalisation ni de ses motifs. Il s'agit d'un petit mot de bienvenue adressé automatiquement ».

Justement... « Elle reconnaît, infère le conseiller dans son courrier à la commission, que le petit mot est adressé automatiquement, et donc de manière indistincte, même à des personnes qu'elle ne connaît pas, ce qui signifie qu'elle est automatiquement mise au courant de l'admission de tous les patients du CHRH. »

Selon l'avocat, Anne-Marie Lizin abuse de sa fonction (ici d'administratrice du CHRH) comme dans l'affaire de la lettre à la magistrate.

« Aucun listing ne circule »

Pierre Tilkin, président du CHRH et conseiller PS à Huy, la défend en bon soldat. « Aucun listing ne circule, jure-t-il. Elle n'envoie le mot de bienvenue qu'aux gens qu'elle connaît et dont elle apprend l'hospitalisation par le bouche-à-oreille. Certains l'appellent même pour le lui dire. »

Le président avait fait la même déclaration au conseil communal. Dans son courrier, Philippe Charpentier relève la contradiction entre les deux réponses : Anne-Marie Lizin parle d'un carton adressé automatiquement ; Pierre Tilkin laisse entendre que seules les personnes de sa connaissance le reçoivent.

« Personnellement, je n'ai jamais eu de plainte de patient en retour. C'est de la politique au ras des pâquerettes. Quand on veut trouver un bâton pour battre un chat, on en trouve toujours un... s'insurge Pierre Tilkin avant de contre-attaquer : On aurait pu introduire un recours contre une personne travaillant au CHRH qui a tenté de déstabiliser le personnel en période électorale... »

Pierre Tilkin parle sans le nommer de Denis Léonard, chef du service de gynécologie, qui a critiqué l'accord signé avec le Centre hospitalier de la Citadelle en matière de cardiologie. Ah oui... Denis Léonard est conseiller communal Ensemble.