« Créons l’histoire »

PAIROUX,ETIENNE

Page 28

Vendredi 4 avril 2008

Standard Dante est un défenseur sous-estimé

Même s’il rêve toujours de la sélection brésilienne, Dante n’exclut pas de devenir belge. Et de jouer avec les Diables rouges.

Quand on évoque la meilleure défense du pays, les noms de Sarr et d’Onyewu reviennent automatiquement. Celui de Dante, en revanche, met plus de temps à venir sur la table. Comme si le Brésilien, qui est sans doute le joueur qui se donne le plus à fond à l’entraînement, était sous-estimé. Par les médias, mais aussi par sa direction qui ne lui a pas donné le contrat auquel il estimait avoir droit.

« Suis-je sous-estimé ? s’interroge le Brésilien. Le terme est trop fort. Disons que mes qualités ne sont pas toujours reconnues alors que je me mets toujours des objectifs très élevés. J’ai un contrat jusqu’en 2009 et je ne vais pas aller à genoux demander une revalorisation de celui-ci. Maintenant, si la direction me propose un joli projet, je peux tout étudier. Comme devenir Belge. Je ne pourrai entreprendre les démarches qu’en janvier 2009 mais, pourquoi pas ? Cela pourrait être une bonne chose. L’équipe nationale belge, par exemple, pourrait alors être un objectif. Cela dit, je rêve toujours de celle du Brésil. Le problème, c’est que, dans mon pays, personne ne parle du championnat de Belgique. On ne voit pas d’images à la télévision. Et personne n’a écrit que le Standard est toujours invaincu. C’est malheureux. »

Intérieurement, Dante l’est sans doute. Extérieurement, il le montre rarement puisque son visage est perpétuellement barré par un large sourire. Qui plus est quand il peut s’extirper de la routine quotidienne. Comme mardi après-midi.

« On s’est bien amusé au paintball. On a meublé le quotidien. J’espère que la saison prochaine, on fera plus d’événements comme celui-là car, cette saison, on n’a fait qu’un bowling entre les deux déplacements au Cercle. Pour le mental, c’est un travail amusant qui permet de se changer les idées. »

Et dans la dernière ligne droite, les Liégeois ont besoin d’avoir des idées claires. Dante et Mulemo, notamment, qui sont tous deux dans la situation délicate d’être à une carte d’une suspension alors que Sarr est sur la touche. « Je vais devoir gérer ce problème intelligemment dans l’intérêt du groupe surtout si, par exemple, Mulemo reçoit un avertissement. »

Car, dans la situation actuelle, Dante montre que, par sa polyvalence et ses qualités, il est sans doute le défenseur le plus important du noyau. « Ce n’est pas à moi de le dire. Maintenant, c’est vrai que j’ai l’atout de pouvoir jouer à deux places. Mais, vous savez, moi je travaille surtout pour progresser. Avant, je prenais trop de risques et trop de cartes. Cette année, dans les deux cas, j’ai beaucoup évolué. Je suis aussi plus intelligent sur le terrain tout en restant agressif car c’est nécessaire pour un défenseur. Je travaille plus aussi à la construction. À chaque match, je donne des ballons exploitables. Cela passe souvent inaperçu, mais ce n’est pas primordial. Toutefois, si toutes nos passes décisives étaient parfaitement utilisées, Marcos et moi serions pas mal au niveau des assists. »

Certes. En attendant, le Standard poursuit sa route vers un titre qui lui est promis. Et les joueurs veulent passer de la promesse à la réalité. « On veut créer une page dans l’histoire du club et on veut être champion le plus tôt possible. Car on peut vite retomber de haut. »

Un sentiment dont les Rouches ont sans doute pris conscience après leur dixième partage de la saison, contre Gand.

« Après le match, on s’est dit que si on voulait mettre la barre plus haut, on devait gagner nos rencontres. Des matchs nuls n’étaient pas suffisants pour atteindre notre objectif. Alors, on a parlé des choses qui n’étaient pas parfaites. Et, depuis cette mise au point, on a fait 15 sur 15. »

Du coup, les Liégeois mènent le championnat avec 9 pts d’avance à six matchs du terme. De quoi penser que le championnat est fini ? « Non, il sera terminé le 10 mai. » Mais s’il n’est pas fini, quel est le danger pour le Standard : « Le prochain match. » Le message de Dante est précis. Et s’inscrit bien dans l’esprit maison.