« L’heure n’est pas aux sentiments »

BERTI,CHRISTOPHE

Page 14

Lundi 7 mars 2011

Tout le week-end, le manager général d’Anderlecht, Herman Van Holsbeeck, a passé son temps à confirmer ce que Le Soir écrivait samedi matin : oui, Anderlecht a négocié avec des clubs russes pour le transfert de Boussoufa, qui doit être réglé avant le 11 mars, oui Anderlecht est proche d’un accord avec ces clubs (Anzhi et Terek Grozny) pour un départ immédiat du Soulier d’or, oui, Boussoufa peut faire une opération en or. Tout va se jouer dans les prochains jours.

Entre-temps, on apprenait que le joueur était allé en Tchétchénie (avec obtention d’un visa en quelques minutes et retour dès le dimanche soir…) et qu’il avait trouvé un accord avec l’équipe entraînée par Gullit.

Désormais, tout se joue entre le Terek Grozny et Anderlecht. Van Holsbeeck ne veut pas citer de chiffres, mais selon nos sources, le Sporting demanderait désormais 12 millions plutôt que 10.

« L’heure n’est pas aux sentiments, explique Van Holsbeeck, occupé pour l’instant avec le plus gros transfert de sa carrière de dirigeant – le passage de Kompany à Hambourg avait rapporté 8 millions d’euros au Sporting – en attendant Lukaku cet été. Evidemment, on voudrait garder Mbark. Et d’ailleurs, on lui a proposé un énorme contrat, aux normes belges, pour qu’il prolonge. Mais il y a des chiffres en face desquels on ne peut pas s’aligner, tout simplement. Dans cette histoire, nous pouvons faire une bonne affaire et Boussoufa aussi. »

Mais les supporters, que vont-ils penser du départ de leur meilleur jouer à quelques jours du début des Playoffs 1 ?

« C’est évidemment une mauvaise chose pour nous sportivement, répond encore Van Holsbeeck, mais d’une part, je pense que notre effectif est assez solide et d’autre part, ce n’est pas nous qui poussons Boussoufa dehors. C’est malheureusement la loi du marché qui fonctionne pour l’instant. Enfin, garder un joueur contre son gré en l’empêchant d’aller gagner trois fois plus ailleurs, ce n’est jamais bon pour un groupe. On a connu une fois l’expérience avec Aruna, on ne veut plus que cela se reproduise. Garder Boussoufa à tout prix et ne pas être champion, finalement, ce ne serait pas mieux. Quant à l’avenir, il reste rose pour nous, je veux rassurer nos supporters : durant toute son histoire, Anderlecht a toujours réinvesti ses gains dans l’équipe et en achetant de bons joueurs. Ce sera encore le cas. Ce n’est pas parce que nous allons sans doute vendre Mbark cette semaine qu’on n’a plus d’ambition. Ni pour cette saison, ni pour la suite. »

En fait, si ce transfert se réalise, tout le monde sera content, sauf… Ariël Jacobs, qui perd un élément fondamental, ce qui va sans doute l’obliger à changer son système tactique et qui devra quand même être champion ! Car en fin de saison, l’« excuse » du départ de Boussoufa ne lui suffira sans doute pas. Drôle de saison, décidément, au parc Astrid.

Anderlecht

1

Genk

1

LE MATCH

ANDERLECHT - GENK 1-1

Anderlecht. Proto, Wasilewski (46e : Suarez), Mazuch (78e : De Sutter), Juhasz, Diandy (58e : Lecjaks), Legear, Gillet, Kouyate, Biglia, Boussoufa, Lukaku. Entraîneur : Jacobs.

Genk. Courtois, Anele, Matoukou, Joneleit, Pudil, Vanden Borre, Hubert (17e : Nadson), Töszer, De Bruyne (88e : Buffel), Barda (77e : Kennedy), Vossen. Entraîneur : Vercauteren.

Arbitre. Verbist.

Assistance. 24.778 spectateurs.

Buts. 24e : Vossen (0-1), 90e + 1 : Juhasz (1-1).

Cartes jaunes. Gillet, Nadson, Boussoufa, Pudil, Joneleit, Vossen.

repères

C’est quoi, le Terek Grozny ?

Le club qui offre un pont d’or à Mbark Boussoufa et à Anderlecht est le club principal de Tchétchénie, fondé en 1958 et qui joue en D1 russe. La saison passée, Terek avait terminé le championnat à la 12e place. Cette saison, le club jouera son premier match samedi face au Zenit St-Petersbourg.

Le club appartient au tout puissant président tchétchène Ramzan Kadyrov, fils d’Akhmad, l’ancien président assassiné en 2004. Kadyrov, soutenu par Poutine, dirige sa République avec une main de fer. Et veut faire de son club de foot un grand de Russie. Avec Ruud Gullit comme entraîneur et plusieurs joueurs brésiliens et argentins.