"LES PENSIONS EXTRA-LEGALES COUTENT CHER A L'ETAT" PENSIONS: LA FGTB CRIE "AU FOU"

CLAEYS,JANINE

Page 3

Mardi 23 juin 1992

«Les pensions extra-légales coûtent cher à l'État»

Pensions: la FGTB crie «au fou»

Justifier, comme le faisait le plan de convergence, des restrictions insoutenables en 1993 pour assurer le financement des pensions... en 2040 paraît quelque peu surréaliste.

Voilà une toute petite partie des idées de la FGTB sur les pensions. Preuve que le syndicat se méfie des idées qui sont dans l'air aujourd'hui! Les pensionnés et prépensionnés de la FGTB et les spécialistes «pensions» de ce syndicat ont, pendant toute la matinée de lundi, fait connaître leurs idées au ministre des Pensions, Freddy Willockx, et ils lui ont posé des questions précises à propos du nombre de points délicats, comme la liaison au bien-être, le travail autorisé, les régimes de pensions complémentaires... Tout cela en présence d'un de leurs pensionnés les plus connus: Georges Debunne, président de la Fédération européenne des retraités et des personnes âgées (Ferpa), qui organise une conférence européenne, à Bruxelles, ces mardi et mercredi.

Les pensionnés de la FGTB insistent pour que les pensions suivent l'évolution du niveau de vie. La péréquation, pour les pensions publiques, doit bien entendu être maintenue, mais les pensionnés socialistes insistent aussi pour que la liaison au bien-être soit «rendue» aux pensionnés du secteur privé dès 1993. Car disposer d'une pension décente reste la base de tout, et les chiffres montrent qu'on est loin du compte. D'après les calculs de la FGTB, en effet, 38 % des pensionnés touchent moins de 20.000 F par mois!

Par ailleurs, la FGTB insiste pour que les autorités donnent la priorité au régime légal, a fortiori en période de vaches maigres. Autrement dit, s'il faut économiser quelque part, il vaudrait mieux le faire via «les 30 milliards soustraits des recettes de l'État» via les déductions fiscales accordées aux futurs bénéficiaires de pensions extra-légales. Et d'insister pour que l'État accorde une réduction égale pour tous ou plafonne les différentes réductions possibles à un montant global.

Autre façon de rendre le système plus social: la FGTB souhaite que l'on réexamine le problème des activités autorisées aux pensionnés. Exemple: Comme l'a souligné le Conseil national du travail, il faudrait éviter que le départ anticipé s'accompagne systématiquement d'un recours important au travail autorisé. Mais la FGTB insiste aussi pour que les limites prévues pour les jeunes veuves soient relevées.

Les pensionnés FGTB se sont enfin réjouis d'apprendre que Freddy Willockx comptait organiser une meilleure information et un meilleur accueil pour les candidats à la pension, une accélération du traitement des dossiers, la création d'un service d'ombudsman...

J. Cl.