Landis demande l'abandon des poursuites

n.c.

Lundi 11 septembre 2006

Le vainqueur du Tour de France cycliste, l'Américain Floyd Landis, a mis en cause la fiabilité du laboratoire national français de Châtenay-Malabry en région parisienne qui l'a déclaré positif après un test antidopage.

L'avocat de l'Américain Floyd Landis a demandé à l'Agence antidopage américaine d'abandonner les charges de dopage contre son client, vainqueur du dernier Tour de France cycliste, en raison, dit-il, d'erreurs grossières dans la procédure de contrôle.

La requête déposée par Howard Jacobs remet en cause la validité des tests conduits par le laboratoire national français de Châtenay-Malabry (sud-ouest de Paris) qui a analysé les deux échantillons de Landis et y a décelé de la testostérone. La conduite des tests ne correspondraient pas selon lui aux normes établies par l'Agence mondiale antidopage.

Selon l'avocat qui a épluché les 370 pages du rapport du laboratoire français, un vice de forme s'ajoute au problème de fond de la fiabilité des tests puisqu'un numéro d'échantillon indiqué ne correspond pas à celui de l'échantillon B de Landis. L'analyse dans ce cas est pleine d'erreurs grossières, a déclaré Jacobs.

Je n'ai pas pris de testostérone ni d'autre substance dopante, a répété Landis lundi sur son site internet, et je suis très heureux que la science confirme mon innocence. J'ai été soulagé mais pas surpris en apprenant que des experts avaient trouvé des anomalies avec le test.

Landis avait été contrôlé positif après l'arrivée de la 17e étape du dernier Tour de France.

(D'après AFP)