« Si on avait autant que Liège… »

BODART,CORINNE

Lundi 17 mars 2008

Vous savez que le gouvernement wallon a finalisé vendredi son projet de réforme du Fonds des communes. Il nous semble encore prématuré de formuler des commentaires tranchés puisque ce n’est qu’au stade de projet », soulignaient dans un bel ensemble les deux députés wallons présents au sein du collège namurois, Jacques Étienne et Anne Barzin. Membres du « club des saint Thomas » ? Ils le revendiquent. Mais il semblerait surtout qu’aux yeux de la majorité namuroise, l’effort régional n’est pas encore assez soutenu pour la capitale wallonne.

Pourtant, selon les chiffres annoncés, Namur devrait toucher 1,236 million (+ 4,3 %) en 2008 et 5,393 millions (+18,7 %) en 2012. La Région reprendrait aussi sa dette (3,6 millions) et augmenterait sa dotation de ville capitale qui passerait de 2,5 à 3 millions d’euros.

« La revalorisation envisagée pour Namur devrait adoucir notre inconfort financier, mais ne nous fournit pas une corne d’abondance, pas même une véritable marge », n’a tout de même pas pu s’empêcher de commenter Jacques Étienne.

Que faudrait-il pour faire le bonheur des Namurois, alors ? « Si on avait autant que Liège, on serait heureux », répond-il avant d’ajouter qu’il faudrait « un changement politique ».

Dans le même ordre d’idées, le député bourgmestre s’est étonné « du nombre de dossiers qui n’avancent pas beaucoup à la Communauté française… » Et d’ajouter : « Mais nous ne sommes pas capitale culturelle. »

Et d’en rajouter une couche quelques minutes plus tard en soulignant qu’il est anormal que le Festival du film d’amour (de Mons, NDLR) reçoive autant de moyens que le Fiff. « Il y a une équipe qui joue en promo et l’autre en D2. »