33 % des détenus se droguent

n.c.

Vendredi 30 mars 2012

33 % des détenus déclarent consommer des drogues en prison et 31 % des prisonniers sont incarcérés pour des infractions liées aux stupéfiants. L’analyse dans Le Soir

Un détenu sur trois, soit 30,9 %, est incarcéré pour des infractions en matière de stupéfiants. Cela représente 3.437 détenus sur 11.109 répartis dans les 33 prisons du royaume, sur base des données pénitentiaires arrêtées au 1er mars dernier, selon une étude réalisée par un sociologue et chercheur au SPF Justice.

En 2003, le pourcentage de détenus pour infractions en matière de drogues s’élevait à 28,5 %.

L’étude montre clairement que la poursuite de ces infractions « alimente et renforce l’inflation carcérale constatée ces dix dernières années » ; en 10 ans, on est passé de 9.304 détenus à 11.109.

Le sociologue Samuel Deltenre constate également que « les détentions, notamment préventives, sur la seule base infractionnelle ‘drogue’ ne cessent d’augmenter » et que « 80 % des détentions préventives pour ‘stup’ se clôturent sans condamnation directe ».

Par ailleurs, une autre étude du SPF Justice menée auprès d’un échantillon de 10 % de la population carcérale, indique qu’un détenu sur trois consomme de la drogue en prison pour « réduire le stress, oublier ses problèmes ou tuer l’ennui ». Les substances consommées sont en priorité le cannabis mais également l’héroïne, les psychotropes, l’amphétamine et l’alcool.

Néanmoins, un détenu sur quatre avoue que cette consommation a des effets « négatifs » sur sa détention.