50 millions pour sortir de l’ornière

ALBIN,DIDIER

Page 19

Jeudi 20 mai 2010

Charleroi Paul Furlan est favorable à une aide extraordinaire pour la Ville

Le ministre wallon des Pouvoirs Locaux s’était engagé à aider Charleroi à sortir de l’impasse budgétaire. Au terme d’une rencontre qui s’est tenue ce mercredi à son cabinet namurois avec des représentants des trois composantes du collège communal PS-MR-CDH, Paul Furlan (PS) a annoncé qu’il proposerait à son gouvernement l’octroi d’une aide extraordinaire de l’ordre de 50 millions, via un prêt du CRAC (centre régional d’aides aux communes).

Le montant coïncide à l’estimation du déficit annoncé pour l’exercice propre en 2010. « Il sera ajusté au plus près des besoins de la ville », dit Furlan, dont le souci est de mettre un terme à un déficit structurel lié à la fonction métropolitaine de Charleroi, mais aussi aux charges de son passé. « Des charges extraordinaires comme la déconstruction du stade. » Le ministre rassure : les moyens sont en réserve. Ils complètent des dispositifs comme Tonus, le droit de tirage ou la gestion active de la dette. Mais attention : la remise du compteur du budget à zéro est conditionnée au respect d’engagements.

« D’une part, Charleroi devra mettre en œuvre un plan de gestion qui doit la ramener à l’équilibre en 2015. » Son contenu adopté en collège ce vendredi en même temps que le projet de budget ont été présentés au ministre. Sous réserve d’approbation par le CRAC, ce plan de 170 mesures vise à assurer un retour et un maintien à la stabilité.

Il s’agit de dégager des économies et des recettes à la Ville, mais sans toucher au personnel communal, au service au citoyen ni à l’impôt. Une exigence sur laquelle le MR s’est montré intraitable et dit « avoir pu convaincre le groupe CDH du bourgmestre qui voulait relever le taux de l’IPP », selon Olivier Chastel. Quant à la taxe passagers de l’aéroport, la Ville refile la patate chaude au ministre wallon de tutelle André Antoine. Il lui appartiendra de trancher avec son exécutif. Et, s’il ne retient pas cette piste que condamne le directeur général ff de BSCA Jean-Jacques Cloquet, de trouver des compensations.

Furlan a défini avec le collège communal un rétroplanning. Il est convenu que budget et plan de gestion seront soumis au conseil communal du 28 juin prochain, l’octroi de l’aide extraordinaire devant l’être au dernier gouvernement wallon de juillet au plus tard.

Un déficit impossible à estimer

Impacter dans le budget d’une ville un chiffre que l’on ne connaît pas tient purement et simplement de… l’équation. C’est ce que la ville de Charleroi a pourtant donné l’impression de vouloir faire avec le déficit de sa régie foncière, un montant abyssal annoncé à plus de 30 millions d’euros. Ce chiffre doit s’intégrer dans le budget 2010.

« Mais il ne s’agira que d’une estimation », indique l’échevin Eric Massin (PS) qui a pris la gestion politique de la Régie à la suite de Claude Despiegeleer. Pour la simple et accablante raison que le total exact est indéterminé. Une communication du collège de ce mardi indique que le nouvel administrateur de la Régie a demandé à pouvoir en remettre les comptes des années 2003 à 2007 à la juge d’instruction Baeckeland. Selon la secrétaire communale ff de Charleroi, ces comptes ne sont ni finalisés ni approuvés par le conseil communal. « Ils ne donnent donc au montant avancé qu’une valeur estimative », dit Massin.

Pis : l’ancien trésorier de la Régie Claude Rokens, suspendu après une inculpation en 2007, n’a jamais remis ses comptes de trésorerie. Pensionné en 2008, il n’a pas été mis en demeure de le faire par la Ville. C’est un peu comme un receveur qui serait parti à la retraite sans laisser de compte de fin de gestion à son successeur. Même si « on ne lui a jamais donné décharge », comme dit Massin, c’est incroyable politiquement.

les chiffres

2015

C’est la date à laquelle le plan de gestion prévoit le retour à l’équilibre des finances communales de Charleroi.

170

Le nombre de mesures qui sont reprises dans le plan de gestion. Aucune ne concerne le personnel communal ni ne réduit le service au citoyen. L’impôt est aussi stabilisé.

12 millions d’euros

C’est l’estimation du déficit budgétaire 2010 de Charleroi à l’exercice propre sans l’intégration de l’estimation du déficit cumulé de sa Régie foncière.

50 millions d’euros

C’est l’ordre de grandeur de l’aide extraordinaire dont la ville de Charleroi va pouvoir bénéficier dans le cadre de la circulaire wallonne sur les villes en difficulté financière.