A l’eau pour atteindre la flamme

VANDE WEYER,PHILIPPE

Page 21

Lundi 21 mai 2012

Euro Les derniers tickets olympiques vont être attribués à Debrecen

Ce lundi, on aurait pu, on aurait dû se retrouver au Sportpaleis d’Anvers pour le coup d’envoi de l’Euro 2012 de natation. Pourtant, à cause d’un budget impossible à boucler par les organisateurs de la Métropole, c’est à Debrecen, en Hongrie, que l’élite continentale va se jeter à l’eau cette semaine, à un peu plus de deux mois du coup d’envoi des Jeux de Londres.

La proximité du grand rendez-vous de l’été devrait sans doute fausser la donne dans beaucoup épreuves où on comptera ceux qui ont préféré faire l’impasse et ceux qui ne seront pas affûtés. Mais, pour ceux qui doivent encore faire leurs preuves, Debrecen s’érigera en ultime bouée de sauvetage pour accrocher la qualification qu’ils espèrent tant.

Dans le camp belge, qui a dépêché 14 nageurs en Hongrie, l’heure de vérité va sonner. Pas pour François Heersbrandt (100 m papillon) ni pour Fanny Lecluyse (200 m brasse) qui ont tous les deux déjà leur billet en poche (Ndlr : comme Kimberly Buys sur 100 m papillon, qui a préféré faire l’impasse, et Brian Ryckeman, le spécialiste de l’eau libre, pas concerné par cet Euro) et qui chercheront avant tout à se régler et se rassurer, mais, pour tous les autres, avec des chances de réussite forcément variables.

La plus grosse cote est détenue par le relais 4 × 100 m libre, qui aurait déjà dû être qualifié depuis dix mois s’il n’avait pas été déclassé pour départ anticipé, l’été dernier, aux Mondiaux de Shanghai, où il avait fini 9e en 3.16.16. Les Belges auront deux exigences à remplir pour se racheter : finir parmi les quatre pays les plus rapides… hors ceux qui faisaient partie du top 12 à Shanghai (France, Italie, Russie, Allemagne, Grande-Bretagne et Suède) et descendre sous le 12e temps enregistré en Chine à savoir 3.17.35.

« Si nous ne sommes pas disqualifiés, je ne vois pas comment nous pourrions passer à côté, insiste Yoris Grandjean. Dans un bon jour, nous sommes même capables de jouer le podium ! »

Le Liégeois, qui est lentement en train de retrouver son meilleur niveau, espère par ailleurs forcer sa qualification pour les JO sur 50 m libre. « Je sais que ce sera très dur, que j’ai encore 3 dixièmes à gagner, mais j’ai beaucoup travaillé ma coulée de départ et je peux réussir un exploit. »

Ce sera également le cas de Pieter Timmers, le nouveau no 1 belge sur 100 m libre, qui a réussi 48.92 sur 100 m libre en début d’année, à un dixième du minimum pour les Jeux qu’il se verrait bien atteindre avec son envergure de bras de 2,16 m – « Même s’il faut de la force pour l’utiliser ! » Après un passage au PSV Eindhoven, le grand (2,00 m) Limbourgeois a explosé depuis qu’il est arrivé au Brabo où il a été repris en main par Ronald Gaastra. Et même s’il a souffert d’une grosse inflammation de l’estomac en avril qui lui a fait perdre du poids et deux à trois semaines d’entraînement de pointe, il sera l’un des hommes à suivre lors de cet Euro où il va se multiplier (100 et 200 m libre, 4 × 100 et 4 × 200 m libre).

Un dixième, c’est également ce qu’il a manqué à Jolien Sysmans pour s’ouvrir le chemin de Londres sur 50 m libre aux championnats de Belgique. De quoi rêver tout haut à un exploit en eaux hongroises…

LE PROGRAMME DES BELGES

CHAMPIONNATS D’EUROPE À DEBRECEN

Lundi 21 mai

50 m papillon H (séries et demi-finales) : François Heersbrandt. Relais 4 x 100 m libre H (séries et finale) : Belgique (Dieter Dekoninck, Pieter Timmers, Emmanuel Vanluchene, Yoris Grandjean. Rés : Jasper Aerents).

Mardi 22 mai

200 m libre H (séries et demi-finales) : Pieter Timmers, Glenn Surgeloose, Pholien Systermans. 100 m brasse F (séries et demi-finales) : Fanny Lecluyse. 50 m papillon H (finale) : Heersbrandt.

Mercredi 23 mai

200 m papillon H (séries et demi-finales) : Egon Van der Straeten. 200 m brasse H (séries et demi-finales) : Jonas Coreelman. 200 m libre H (finale) : Timmers, Surgeloose, Systermans. 100 m brasse F (finale) : Lecluyse.

Jeudi 24 mai

200 m brasse F (séries et demi-finales) : Fanny Lecluyse. 100 m libre H (séries et demi-finales) : Pieter Timmers, Dieter Dekoninck, Emmanuel Vanluchene, Jasper Aerents. 200 m brasse H (finale) : Coreelman. 200 m papillon H (finale) : Van der Straeten.

Vendredi 25 mai

100 m papillon H (séries et demi-finales) : François Heersbrandt. 200 m brasse F (finale) : Lecluyse. 100 m libre H (finale) : Timmers, Dekoninck, Vanluchene, Aerents.

Samedi 26 mai

50 m libre H (séries et demi-finales) : Yoris Grandjean, Jasper Aerents. 50 m libre F (séries et demi-finales) : Jolien Sysmans. 4 x 200 m libre H (séries et finale) : Belgique (Pieter Timmers, Glenn Surgeloose, Pholien Systermans, Louis Croenen. Rés. : Yoris Grandjean).

Dimanche 27 mai

400 m 4 nages H (séries et finale) : Ward Bauwens. 50 m libre F (finale) : Sysmans. 50 m libre H (finale) : Grandjean, Aerents.

À DEBRECEN

Heersbrandt et Lecluyse sans stress

Tous les deux déjà qualifiés pour les JO, François Heersbrandt et Fanny Lecluyse seront les seuls à aborder l’Euro sans trop de stress. Quoique…

« Désormais, on attend de moi que je preste à chaque compétition, dit la nageuse de Mouscron. J’ai beaucoup travaillé la brasse ces dernières semaines avec de grosses séances de musculation qui m’ont fatigué les jambes ! Si je refais mon temps de Shanghai (2.25.92 sur 200 m brasse), je serai contente. »

Pour Heersbrandt, Debrecen va aussi interrompre une grosse période de travail qui, selon lui, l’a fait bien progresser en force.

« Il faudra l’exprimer dans l’eau, admet le Wavrien qui pense qu’il sera à 95 % de ses capacités. Mais ce sera un très bon test. Je veux améliorer mon record sur 100 m papillon (52.29) parce qu’aux JO, il faudra casser la barre des 52 secondes. Une médaille ? C’est faisable ! »