ADSL : solution pour la moitié des problèmes

BURGRAFF,ERIC

Page 7

Mercredi 3 mai 2006

Namur-Luxembourg Belgacom va investir

D'ici fin 2006, Belgacom apportera des solutions à 45 % de ses clients qui ne disposent pas de l'ADSL.

Trop cher l'ADSL en Belgique ? Assurément ! S'agissant des régions rurales cependant, au qualificatif « trop cher » s'ajoute également le « trop rare ». « Le développement des télécommunications et de l'ADSL constitue des éléments essentiels au devenir d'une région, d'autant plus s'il s'agit d'une région rurale », rappelait récemment à la ministre des Technologies nouvelles Marie-Dominique Simonet, le député Dimitri Fourny. « Les moyens déployés par le gouvernement wallon pour le redressement de la Wallonie trouveront-ils écho dans nos régions rurales ? » Une question, et bien d'autres, que la ministre a relayée chez Belgacom, qui répond point par point et se veut souvent rassurant. Explications.

ADSL. « L'ADSL atteint aujourd'hui un taux de couverture supérieur à 98 % de la population », estime Belgacom. Mais « population » n'est pas « territoire » : l'opérateur historique admet, sans plus de précision toutefois, que la couverture est inférieure à 98 % dans les régions rurales. Bonne nouvelle cependant puisqu'un programme d'extension de la technologie ADSL pour la province de Luxembourg et le sud de la province de Namur vient de démarrer. Les investissements consentis permettront, d'ici la fin de l'année, d'apporter des solutions techniques pour environ 45 % des clients qui ne disposent pas de l'ADSL dans les zones téléphoniques gérées par l'entité de Libramont, soit les abonnés dont le numéro commence par 082 (région de Dinant), 083 (Ciney), 084 (Marche) et 061 (Libramont).

VDSL. L'accès à internet à très haut débit (environ deux fois plus élevé que l'ADSL classique) est en cours dans toutes les régions du pays, y compris dans les provinces à caractère plus rural assure Belgacom.

Succès en ligne. Belgacom souligne au passage que le Luxembourg est une des rares régions du pays où l'on constate une croissance du nombre de nouveaux raccordements. Malgré cette croissance, le nombre de raccordements ADSL « techniquement impossibles » est resté stable. Et il devrait chuter d'ici la fin de l'année. A condition évidemment que les investissements annoncés suivent leur cours.