« Ecouter » les étoiles filantes

DU BRULLE,CHRISTIAN

Page 23

Mardi 5 juillet 2011

Aéronomie Brams, un nouveau réseau belge de détection radio des météores

Un émetteur et son antenne « râteau » installés à Dourbes, non loin de Couvin. Une quinzaine de stations de réception réparties dans le pays. Il n’en faut pas plus à Hervé Lamy, astrophysicien de l’Institut d’aéronomie spatiale de Belgique (IASB), pour « écouter » les étoiles filantes.

« Nous avons en effet mis au point un réseau d’écoute des météores en Belgique, confirme-t-il. Baptisé Brams (Belgian Radio Meteor Stations), ce réseau est capable de capter le passage de météores dans notre atmosphère à une altitude de 90 kilomètres environ. L’avantage du réseau radio sur les observations visuelles est double. Nous pouvons écouter le ciel autant de jour que de nuit, mais également par temps couvert. »

Ecouter les étoiles filantes plutôt que les observer procure aussi un autre type d’informations aux scientifiques. « Cela nous permet d’effectuer une surveillance continue, 24 h sur 24, du ciel, précise le chercheur. De plus, notre système est plus sensible que la seule surveillance optique. Le réseau Brams peut détecter la signature sonore de météores générés par des poussières d’un millimètre de diamètre environ. Alors que les phénomènes lumineux ne sont générés que par des particules de taille plus importante. Le recensement est dès lors plus complet. »

Un chiffre ? « Chaque jour, quelque 200 à 300 météores sont détectés par une seule antenne réceptrice », précise le chercheur. Bien sûr, lorsqu’un essaim d’étoiles filantes est annoncé, ce chiffre explose. Les météores sont générés par le passage dans notre atmosphère de cailloux ou de poussières de l’espace. Ces poussières proviennent soit du dégazage de comètes, soit de reliquats de collisions astéroïdes.

Connaître la fréquence des météores

Le système Brams fonctionne avec un émetteur et une série de stations de réception. L’émetteur envoie un signal précis dans le ciel. Lorsqu’un météore y passe, il ionise les particules présentes pendant une fraction de seconde. Le signal émis par le système Brams est alors réfléchi vers le sol par le sillage ionisé laissé par le météore et est capté par une ou plusieurs des stations de réception. Ces signaux sont perçus comme un déclic plus ou moins long en fonction de l’énergie dégagée. Une énergie qui est fonction de la masse et de la vitesse du météoride.

Ce système de détection livrera à l’avenir de précieuses informations sur la fréquence des météores dans l’environnement terrestre ainsi que sur leur origine. Il permettra aussi de mieux comprendre ce qui se passe lors du dégazage des comètes par exemple. Une autre information qui peut être dérivée de ce système porte sur la vitesse des électrons dans l’ionosphère. Les données statistiques seront également utiles aux agences spatiales qui gèrent des satellites ou des vaisseaux en orbite, histoire de prendre les mesures préventives qui s’imposent…

Repères

Etoiles filantes

Dans le langage courant, les cailloux et les poussières de l’espace qui traversent notre atmosphère et qui s’y consument entièrement ou partiellement sont décrits comme des « étoiles filantes ». Les chercheurs de leur côté préfèrent parler de météorides, de météores ou encore de météorite.

Un météoride désigne un solide de dimensions inférieures à celles d’une petite planète se déplaçant dans l’espace interplanétaire.

Le météore est quant lui le nom donné à tout phénomène atmosphérique. Il peut s’agir d’une étoile filante par exemple mais aussi… de la pluie !

La météorite est ce qui reste d’un météoride après qu’il se soit partiellement consumé dans l’atmosphère et qu’il se retrouve au sol. Ceci est vrai pour la Terre mais aussi sur tout autre astre.

Rendez-vous

Dimanche 10 juillet

Pour écouter les étoiles filantes grâce au réseau Brams, rendez-vous ce dimanche 10 juillet à l’Euro Space Center de Transinne, en province de Luxembourg. Lors de cette journée festive familiale, une multitude d’activités seront proposées aux visiteurs, dont la découverte de la nouvelle antenne du réseau Brams mais aussi des lancements de microfusées, une visite de la station spatiale de Redu (ESA), des ateliers divers…

Pour observer les étoiles filantes, rendez-vous un mois plus tard. Le 11 août, dès 15 heures, conférences et observations astronomiques sont programmées dans le cadre de la « nuit des Etoiles ».