Affaire Landis : Armstrong prêt à coopérer

n.c.

Mercredi 14 juillet 2010

Lance Armstrong s’est dit prêt à coopérer avec une enquête « légitime et juste », après l’annonce par le New York Times que des témoins ont été appelés à comparaître devant un grand jury par les autorités américaines suite aux accusations de dopage de Floyd Landis.

« Je suis tout à fait prêt à coopérer avec les enquêteurs tant qu’il s’agit d’une enquête légitime, crédible et juste, mais je ne donnerai pas de mon temps s’il s’agit d’une chasse aux sorcières », a déclaré Armstrong, qui a annoncé disputer le Tour pour la dernière fois, à l’âge de 38 ans.

« À l’US Postal, je le répète, j’étais simplement un coureur. Je ne sais pas comment je pourrais être plus clair », a ajouté le Texan, septuple vainqueur du Tour de 1999 à 2005.

« Je n’avais pas de part, je ne touchais pas de dividendes, je n’étais pas au conseil d’administration », a-t-il insisté.

Landis, le vainqueur déchu pour dopage du Tour 2006, a mis en cause son ancien leader lorsque tous deux couraient ensemble à l’US Postal (2002 à 2004), ainsi que d’autres coureurs et notamment Johan Bruyneel, le manager du groupe. Armstrong a rejeté ces accusations.

Ces accusations ont poussé l’Agence américaine antidopage (USADA) à lancer une enquête qualifiée de « significative » par le directeur général de l’Agence mondiale antidopage (AMA) David Howman.

Des témoins cités devant un grand jury

Les autorités américaines ont lancé des convocations à des témoins pour se présenter devant un grand jury en vue d’enquêter sur les éventuelles fraudes de dopage, dénoncées notamment par Floyd Landis, contre Lance Amstrong et d’autres, a indiqué le New York Times sur son site internet mardi.

Trois cyclistes, dont Landis ont accusé récemment dans des entretiens au Wall Street Journal leur ancienne équipe, US Postal, d’avoir institué le dopage à l’époque où l’Américain Armstrong dominait le Tour de France.

Floyd Landis avait lancé ses accusations en mai dernier dans la presse et dans des courriers électroniques à des autorités antidopage et des institutions cyclistes, notamment sa fédération et la fédération internationale (UCI) Le coureur éclaboussait une quinzaine de personnes, dont son ancien coéquipier Lance Armstrong, septuple vainqueur du Tour, et son fidèle directeur sportif Johan Bruyneel.

(Belga)