AIR FRANCE SE CRASHE... LA SABENA POURSUIT SON VOL

DERMINE,MELODY; BRENY,RENE

Page 4

Mardi 15 mars 1994

Air France se crashe...

la Sabena poursuit son vol

Moteurs au ralenti chez Air France. Pierre Godfroid ne craint rien et a confiance dans les pouvoirs de séduction de la Sabena. Nouvelles amours en vue?

Nous avons «sorti» British Airways du capital de la Sabena, écrit Bernard Attali, l'ancien président d'Air France, dans son livre «Les Guerres du ciel» (1). Livre-mémoire sur son aventure durant cinq ans aux commandes d'Air France, livre-règlement de compte... aussi après sa démission en octobre 1993. Bernard Attali raconte les péripéties de la négociation qui a permis d'amarrer la relation Sabena-Air France, opération «qui ne fut possible que par le savoir-faire de Pierre Godfroid et la redoutable habileté manoeuvrière du Premier ministre belge Jean-Luc Dehaene.» Coulisses: «Le Premier ministre demanda à nous entendre, Pierre Godfroid et moi, dans un endroit discret, en terrain «neutre»: je me souviendrai longtemps de cette soirée extravagante passée en leur compagnie dans une petite chambre d'hôtel près de l'aéroport de Luxembourg».

C'était au printemps 92. Air France prend 37,5 % du capital de la Sabena et s'engage à injecter 6 milliards de FB (dont 2 milliards apportés par GBL, le Crédit Communal, la Smap et la SNI) en quatre étapes... «Bruxelles valait bien le prix d'un avion», écrit encore Bernard Attali, car «qui ne voit l'importance de l'endroit pour l'Europe de demain?». La lune de miel démarre sur les chapeaux de roue et que s'emballe la valse des synergies au niveau commercial, du réseau (navette Bruxelles-Paris), de l'informatique, de la maintenance.

ET LA SABENA DANS TOUT ÇA...

Aujourd'hui, Air France est la compagnie la plus endettée du monde. Les oiseaux de mauvais augure jacassent: et si la saison des amours était clôturée et le divorce avec la Sabena prononcé? La compagnie belge poursuit pourtant son chemin sans sourciller. Face à la situation d'Air France, je ne m'inquiète pas du tout, rétorque le président de la Sabena Pierre Godfroid. Il n'y aura pas de phénomène en cascade si un problème majeur se produit chez Air France; la gestion au jour le jour ne changera en rien à la Sabena.

En juillet prochain, Air France devrait encore, selon ses engagements lors de la conclusion du mariage, apporter un milliard d'argent frais à la Sabena. Du côté de la direction de la Sabena, on garde confiance: elle respectera son contrat.

Et pourtant, depuis octobre 93 et la démission de Bernard Attali, il semble que le climat d'entente ne soit plus au beau fixe dans les réunions au top niveau et vire plutôt vers l'indifférence, chacun s'occupant de son ménage. Christian Blanc est arrivé aux commandes d'Air France et a renouvelé toute l'équipe de management. Nous ne les connaissons pas; nous n'avons pas l'habitude de travailler avec eux, confie la direction de la Sabena, ce qui explique que depuis octobre 93, le développement des synergies soit stoppé.

Pierre Godfroid ne se tracasse pas. La Sabena est devenue une compagnie crédible, une valeur sûre, claironne-t-il, en raison de la qualité du service et de sa productivité. Bref, malgré ses 70 ans et surtout grâce à son expérience, elle est toujours séduisante. La preuve, c'est que Delta Airlines - l'un des trois grands américains - a signé un accord de coopération fin novembre 93 avec la Sabena pour exploiter en commun la route Bruxelles-New York comme c'était déjà le cas pour Bruxelles-Atlanta. Une formule qui pourrait être étendue à la desserte Bruxelles-Boston, Orlando... Delta, c'est plus qu'un flirt. Nous sommes fiancés, déclare Pierre Godfroid, ce qui veut dire qu'il peut y avoir mariage à la clé et donc une prise de participation n'est pas exclue à terme. Nous voyons Delta comme un véritable partenaire.

MELODY DERMINE

(1) «Les Guerres du ciel» par Bernard Attali, Fayard, Paris, février 1994.