André-Joseph Léonard bientôt pape ? Ce n’est pas gagné...

DEFFET,ERIC

Page 6

Jeudi 4 février 2010

A peine archevêque de Malines-Bruxelles, pas encore cardinal – « ma désignation est assez probable, c’est une tradition » – et pourquoi pas pape un jour prochain ? Les journalistes de Répondez @ la question, mercredi soir sur la RTBF, ont tenté de prendre André-Joseph Léonard à froid, lui que l’on dit si volontiers carriériste.

Mais le nouveau patron de l’Eglise de Belgique s’en est sorti avec une de ces pirouettes dont il a le secret : « C’est une mission pour laquelle il y a très peu d’embauche ! »

En fine gâchette des médias, pendant une heure et demi, le Namurois a ainsi eu réponse à tout. Même à l’intervention tonitruante de Guy Gilbert : « Mais pourquoi es-tu toujours dans la même merde ? » a demandé l’abbé des loubards qui faisait référence aux critiques qui assaillent en permanence le successeur de Godfried Danneels. L’archevêque Léonard ne s’est pas démonté : « Je préfère les réactions à l’indifférence. Le pire, c’est le calme plat. »

Les critiques, on les connaît. François de Brigode et ses acolytes les ont égrenées comme les perles d’un chapelet : euthanasie, avortement, homosexualité, recherche scientifique… La tension est alors perceptible sur le plateau. Mais André-Joseph Léonard ne bouge pas d’un iota sur ses convictions. Aux homosexuels, il recommande de « vivre leur sexualité sous la forme du célibat, comme tant d’autres personnes ». Aux malades en fin de vie, il répète que « ce sera toujours non à l’euthanasie directe active, mais oui aux soins palliatifs très performants ». Pour l’avortement, pas de faiblesse, même pour les cas les plus extrêmes qui lui sont exposés : « Je place la barre très haut : au moment de la fécondation. » Pas l’ombre d’un revirement, ni même d’une nuance dans le discours sur les principes, pour lesquels il est prêt à descendre dans la rue. Mais « je ne juge jamais les personnes ».

On parlera aussi de politique, entre gens de bonne compagnie, cette fois. Jean-Michel Javaux est qualifié de « courageux » pour sa récente confession au Soir. Malgré ses opinions très peu catholiques sur l’avortement ou l’euthanasie ? « C’est un catholique », dit le prélat qui prévient toutefois : « Mais sur ces points-là, il peut mieux faire pour être en cohérence avec sa foi. »

Alors, André-Joseph Léonard ferait-il un bon pape ? Le public de la RTBF s’est prononcé en direct : c’est non, mais à 51 %. Ballottage défavorable, comme on ne dit pas au Vatican.