ARLON Du public et de la qualité musicale Le bonheur des Nuits de l'Entrepôt

BODEUX,JEAN-LUC

Page 12

Mardi 2 mai 2000

ARLON Du public et de la qualité musicale Le bonheur des Nuits de l'Entrepôt

Fidèles à leur tradition, les organisateurs des Nuits de l'Entrepôt ont, cette année encore, proposé un programme varié mêlant judicieusement des groupes régionaux à des formations belges et européennes connues et moins connues. Un menu découverte qui leur a amplement réussi cette fois, puisque les deux journées, aux styles bien différents, ont attiré la foule.

Généralement, le vendredi est plutôt timide, mais la programmation majoritairement « punk-rock » de ce premier jour a séduit, avec principalement 3 groupes suédois en tournée européenne. Le chapiteau de l'Entrepôt a donc vibré comme prévu, l'Entrepôt offrant quant à lui un double espace complémentaire de concerts, en version plus intimiste. Pour varier les plaisirs.

QUEL ENTHOUSIASME!

Samedi, la journée a également été dense, avec les Hongrois de Masfel, inconnus jusque-là, qui ont étonné et séduit. Mais c'est sans doute les Nantais de Dolly, qui étaient déjà passés voici quelques années par l'Entrepôt, qui ont été les plus percutants et proches d'un public chaud, charmé par la présence d'une chanteuse bien seule dans un monde très masculin. Les fans ont d'ailleurs demandé plusieurs rappels qui sont généralement rares, voire inexistants aux Nuits, pour ne pas trop troubler le timing.

Mais le grand « orchestrateur » Frédéric Lamand a cette fois laissé faire, l'enthousiasme étant total. Les Belges de Venus, tête d'affiche de ces Nuits, n'ont pas déçu non plus, voix, contrebasse et violon apportant une incroyable originalité qui a pourtant de quoi troubler plus d'un Stradivarius. De la variété, de la puissance, de la qualité, pour un excellent cru. Des Nuits comme celle-là, on en redemande.

J.-L. B.