ASSURANCES Assurer son ami fidèle Une assurance «soins de santé» pour chiens et chats

CANDAELE,PHILIPPE

Page 15

Vendredi 25 février 2000

ASSURANCES Assurer son ami fidèle Une assurance «soins de santé» pour chiens et chats

Simone va vers ses 67 ans. Veuve, elle vit seule dans la maison familiale. Ses enfants viennent de temps en temps lui dire bonjour, mais c'est son chien, qui lui apporte une affection de tous les instants. Son toutou est âgé de 8 ans. Malheureusement, il a tendance à fuguer régulièrement. En général, cela ne pose pas de problèmes car l'animal rentre vers son gîte après s'être baladé dans la campagne environnante. Mais aujourd'hui, Simone a un mauvais pressentiment. Lhassa, son chien, devrait être rentré depuis belle lurette. Il est fugueur, certes, mais ses aboiements se font toujours entendre en fin de journée. Or, il fait déjà nuit et Lhassa est toujours absent.

Inquiète, Simone téléphone à ses voisins puis à la police. Personne n'a aperçu le chien. Heureusement, le cabot porte le numéro de téléphone de Simone ainsi que son adresse sur une médaille fixée à son collier.

Le lendemain, le chien n'est toujours pas là. Simone fait paraître une petite annonce. Une semaine plus tard, vers 22 heures, c'est une sonnerie de téléphone qui fait sursauter Simone. Elle décroche sans tarder: Lhassa a été récupéré par des promeneurs, qui habitent à plusieurs kilomètres du domicile de la dame et qui se proposent gentiment de la ramener. Mais c'est plus une plainte qu'un aboiement que pousse l'animal en descendant du véhicule. Le chien boite.

QUE FAIRE?

Simone se rend dès le lendemain chez son vétérinaire. Pour lui, Lhassa a probablement été heurté par une voiture et sa patte est brisée. Bien que la blessure soit sans grande gravité, il faut l'opérer sans tarder.

Depuis quelques années déjà, Simone a pris la précaution d'assurer son animal. Il s'agit d'une couverture spécialement adaptée aux animaux de compagnie. La propriétaire de la bête a le choix entre trois formules.

La première, qui coûte 450 F par mois, remboursera les montants exposés à concurrence de 24.000 F par an ou par pathologie. Autrement dit, les gens qui paieront la prime pendant des années et dont l'animal tombera malade lorsqu'il sera âgé seront remboursés à concurrence du montant plafond pour cette pathologie, quoi qu'il arrive. Deuxième plan d'assurance, une prime de 500 F par mois pour un remboursement, le cas échéant, plafonné à 40.000 F par an ou par pathologie et, enfin, pour 625 F par mois, ce plafond est élevé à 80.000 F par an. C'est la deuxième solution qui a été choisie par Simone. Elle est ravie car les frais de l'opération seront pris en charge mais également ceux qui ont été exposés pour la parution de l'annonce ainsi que pour les médicaments que Lhassa a dû prendre. Simone devra néanmoins s'acquitter préalablement d'une franchise de 10 % de la facture totale.

CONSEILS PRATIQUES

Les personnes qui sont intéressées par une telle police peuvent se renseigner auprès de leur courtier ou de leur vétérinaire pour autant que celui-ci soit membre de l'Union professionnelle des vétérinaires belges. C'est le cas de 60 % d'entre eux.

* Pour rentrer dans les conditions d'assurabilité de notre exemple, l'animal doit être vacciné au départ, être âgé de 16 semaines à 9 ans maximum et devra subir une visite médicale préalable. Si, lors de ce contrôle, il s'avère que votre toutou souffre du diabète, il ne sera pas assuré pour cette pathologie-là mais pourra toujours le devenir pour les autres. Il doit en outre être tatoué électroniquement.

*L'assurance ne se limite pas aux interventions chirurgicales. Les contrats couvrent les frais exposés pour les médicaments, les analyses, le transport, les frais de recherche, les frais éventuels d'euthanasie et d'incinération...

*Enfin, et cela intéresse certainement les personnes âgées, si le propriétaire vient à être hospitalisé, il sera remboursé jusqu'à 5.000 F pour les frais de gardiennage de son animal. Le rappel de vaccination est couvert à concurrence de 1.500 F par an et 50 % du coût d'une stérilisation est remboursé si l'on opte pour le deuxième ou troisième contrat.

PHILIPPE CANDAELE