Baignade naturelle… en kit !

DEKEYSER,SYBILLE

Page 16

Mardi 18 octobre 2011

Série Drôles d’inventions (3/15) Une entreprise de Froyennes innove

A la tête de Wood-Line, une entreprise familiale spécialisée dans le travail du bois depuis quatre générations, Jean-Luc Desmet conçoit, fabrique et commercialise avec son équipe des piscines en structure bois depuis 1996. Après cinq années de recherches, il vient de mettre sur pied le tout premier bassin de baignade naturelle… en kit !

« À mi-chemin entre la piscine et l’étang biologique, ce dernier combine une partie lagunage, composée de plantes filtrantes, et un bassin de baignade dans lequel on ne retrouve aucun produit chimique, détaille Jean-Luc Desmet. L’avantage de ces nouveaux kits par rapport aux étangs de baignade, qui doivent être dessinés par des paysagistes et exigent un important chantier de mise en œuvre, c’est qu’ils sont simples et rapides à installer, même dans des espaces restreints puisque le bassin le plus petit mesure cinq mètres sur trois. »

Ce projet a pu se concrétiser grâce au soutien méthodologique d’InnovaTech et au financement, par la Wallonie, d’un responsable Innovation Technologique en la personne de Sophie Limonier, qui a réfléchi aux côtés des cinq inventeurs de la cellule développement de l’entreprise à la possibilité de commercialiser ces nouveaux kits.

« Nous sommes arrivés au résultat espéré, confie Sophie Limonier. La clarté de l’eau dans l’espace de baignade est garantie car ce dernier est séparé de la lagune, la température de l’eau y est d’un ou deux degrés supérieure à celle d’un étang de baignade puisqu’elle peut atteindre les 22 ou 23 degrés, et le kit ne renferme aucun produit chimique. »

Le prix du kit est lui aussi plus avantageux puisqu’il est moitié moins onéreux que celui d’une piscine naturelle classique. Un bassin traditionnel de 100 m2 offrant 40 m2 de baignade coûte entre 40.000 et 50.000 euros, là où le kit Wood-Line de quatre mètres sur dix sera commercialisé à 16.500 euros.

La prospection devrait commencer dès cet hiver, mais l’entreprise reçoit déjà des appels de personnes intéressées par l’achat d’un de ces packs. Le bois utilisé, certifié PEFC et dont la traçabilité est connue, sera travaillé dans les ateliers de Froyennes, qui emploient vingt-cinq personnes. Avec un chiffre d’affaires annuel avoisinant les quatre millions d’euros et une exportation vers la France de l’ordre de 70 %, l’entreprise devrait attirer avec ce produit novateur de nouveaux clients.

Anecdote

Pollution volontaire

Pour obtenir un produit fini le plus performant possible, l’équipe s’est livrée à plus de dix-huit mois de tests en tous genres.

Elle a expressément monté plusieurs kits dans la cour de l’entreprise, au cœur de la zone d’activités économiques de Froyennes, et les a volontairement pollués. « Ces tests nous ont permis d’adapter au mieux le type de plantes filtrantes, en ne gardant que les plus efficaces. »

Une efficacité confirmée par le Carah (Centre pour l’agronomie et l’agro-industrie de la province du Hainaut) d’Ath, agréé par la Région wallonne.

6,5/10

La note

Utilité : 4/10

Produit de loisir avant tout, ce kit de bassin de baignade naturelle séduira surtout les personnes désireuses d’installer un espace de natation dans leur jardin en privilégiant les éléments naturels, écologiques et durables.

Efficacité : 8/10

La conception du kit, qui prévoit une séparation entre la zone de lagunage et celle réservée à la baignade, offre aux nageurs une eau claire et propre sans produit chimique. Les différentes analyses d’eau ont prouvé l’efficacité des plantes filtrantes.

Maniabilité : 8/10

Tous les éléments du kit passent par une porte traditionnelle et peuvent être montés sans l’aide de l’entreprise, à condition d’être un minimum bricoleur. Le bassin peut être installé dans un jardin comme dans une cour carrelée.

Succès : 6/10

La commercialisation de ces kits ne commencera que dans quelques mois mais les acheteurs potentiels se font déjà connaître.