BANDE DESSINÉE En marge d'Angoulême et de la sortie du film de Zidi Dargaud-Uderzo: la guerre continue

ROUYET,ROBERT

Page 10

Mercredi 3 février 1999

BANDE DESSINÉE En marge d'Angoulême et de la sortie du film de Zidi Dargaud - Uderzo: la guerre continue

Ainsi donc, Albert Uderzo, créateur avec René Goscinny du personnage d'Astérix, a été sacré grand prix du millénaire au Festival de la bande dessinée d'Angoulême. C'est une récompense qui n'a pas plu à tout le monde.Les éditions Dargaud ont durement réagi samedi soir dans un communiqué musclé: Pour Dargaud, la récompense d'un auteur qui n'a eu de cesse, depuis dix ans, de détruire l'éditeur qui a fait sa fortune, est ahurissante . Une longue bataille juridique a opposé Albert Uderzo à son ancien éditeur qu'il avait quitté en 1977 mais en lui laissant les droits d'exploitation des albums précédantson départ, soit vingt-cinq titres, 24aventures d'Astérix et l'album du film «Les douze travaux d'Astérix». Ce conflit s'est conclu il y a quelques mois par la victoire d'Uderzo et le retrait de tous droits sur le fonds Astérix à Dargaud, lui faisant perdre un tiers de son chiffre d'affaires.

DARGAUD MENACE ANGOULÊME

Angoulême a choisi d'honorer M.Uderzo l'année même où un quart des salariés de Dargaud vont perdre leur emploi par sa seule volonté. Dans le même temps, de jeunes séries et de jeunes auteurs seront eux aussi victimes du litige initié par M.Uderzo.

Cette décision particulièrement malvenue ne peut que mettre radicalement en cause les relations entre Dargaud et le Festival d'Angoulême , conclut le communiqué. Je ne dis pas que ce prix est immérité, mais il vient vingt ans trop tard et surtout n'aurait jamais dû lui être attribué cette année , a déclaré Claude de Saint-Vincent, PDG de Dargaud à l'AFP. Fidèles d'Angoulême depuis les débuts du festival, nous ne pouvons que nous interroger sur le sens de notre participation à une prochaine édition dédiée à Uderzo , a-t-il ajouté sans cependant annoncer formellement déjà une absence pour l'an 2000.

L'AFFAIRE QUI N'EN FINIT PAS

L'affaire, il est vrai, est d'importance. Les albums des aventures d'Astérix représentent un tirage global de 250 millions d'exemplaires dans le monde entre 1961 et 1993 (dont 91millions en français).

Créé en 1959 par Uderzo et Goscinny, Astérix avait été édité par Dargaud jusqu'en 1977, date de la mort de Goscinny. Uderzo avait alors quitté Dargaud et décidé de fonder sa propre maison, les éditions Albert-René, assumant désormais en solo les aventures d'Astérix. Il partait avec les droits du personnage, mais laissait à Dargaud la gestion du fonds déjà paru.

Les choses se dégradent en 1993. Uderzo et la fille de Goscinny saisissent le tribunal de grande instance de Paris, accusant Dargaud d'avoir dissimulé certains profits réalisés à l'étranger. Le tribunal, leur donnant raison, condamne Dargaud à quelque 30 millions de FB (± 743.680€ ) de dommages et intérêts et au retrait des droits d'exploitation du fonds Astérix. Claude de Saint-Vincent fait appel du jugement qui, dit-il,signifierait la mort de sa maison.

Le 18 juin 1994, la 4e chambre de la cour d'appel de Paris infirme le premier jugement et déboute Uderzo et Anne Goscinny. Ulcéré, Uderzo annonce avec fracas que, dans ces conditions, il abandonne la bande dessinée et arrête les aventures d'Astérix. Na!

Ce n'est pas fini, de jugement en expertises, l'affaire continue et arrive à son terme (provisoire?) le 9 septembre 1998. La 1 re chambre de la cour d'appel de Paris donne à nouveau raison à Uderzo et Anne Goscinny, et retire l'exploitation des vingt-cinq titres à Dargaud. C'est la catastrophe pour l'éditeur qui perd sa locomotive, son best-seller et 35% de son chiffre d'affaires. Claude de Saint-Vincent annonce son intention de se pourvoir en cassation. En attendant, la décision de la cour d'appel étant exécutoire immédiatement, Uderzo signe dès octobre un accord avec Hachette Livre qui devient l'éditeur en langue française des vingt-cinq albums en litige.

Mais, en bande dessinée comme en justice, le phénomène de la «série» est souvent payant. Bientôt le prochain tome des aventures judiciaires d'Astérix?

R. R.

Lire en supplément «MAD» l'interview de Christian Clavier et la critique du film «Astérix & Obélix contre César».