Bande dessinée - La Commission communautaire française de Bruxelles pourrait sauver les collections Le mauvais oeil du Musée Jijé PROGRAMME

COUVREUR,DANIEL

Page 28

Vendredi 25 février 2005

Bande dessinée - La Commission communautaire française de Bruxelles pourrait sauver les collections

Le mauvais oeil du Musée Jijé

* Caramba ! Le musée du maître de l'Ecole belge de la BD ferme dimanche soir. Charleroi s'intéresse aux collections. Bruxelles veut les garder.

DANIEL COUVREUR

Jijé a fondé l'Ecole belge de la bande dessinée. Formés dans son grenier, Morris, Roba, Willl ou Franquin griffonneront les plus belles pages d'aventure du journal « Spirou » avec Lucky Luke, Boule et Bill, Tif et Tondu, Spirou et Fantasio...

Inauguré en 2003 au coeur de Bruxelles, le Musée Jijé rassemble un panorama exceptionnel des oeuvres de Jijé. En deux ans et demi, près de 30.000 visiteurs sont venus découvrir les originaux du maître dans une scénographie peuplée de ses héros, Valhardi, Jerry Spring, Blondin et Cirage... tous réunis autour de sa propre table à dessin. Cet univers d'hommage a été créé par François Deneyer. Le mécène a englouti sa fortune personnelle dans la réalisation du Musée Jijé.

Depuis deux ans, la Communauté française promet d'installer un conseil des musées qui permettra notamment de statuer sur la reconnaissance de l'intérêt culturel du Musée Jijé et l'octroi de subsides de fonctionnement. Entre-temps, François Deneyer ne peut bénéficier d'aucune aide publique. L'achat du bâtiment, les frais d'aménagement et de fonctionnement du musée ont déjà flambé plus d'un million d'euros, poussant le mécène à fermer les portes dimanche, après un feu d'artifice de dédicaces. La collection permanente sera une dernière fois accessible, en même temps que l'expo temporaire de Rosinski (Thorgal). Et après ?

Je vais devoir revendre une partie des collections pour me renflouer, regrette François Deneyer. Des contacts existent avec les musées de Lucques, d'Angoulême et de Groeningen. L'échevin de la culture de Charleroi Christian Renard est intéressé par le sauvetage des plus belles pièces de Jijé pour les exposer dans sa future Maison de l'imaginaire. Mais le ministre bruxellois Benoît Cerexhe vient de nous promettre d'essayer de garder les collections à Bruxelles.

Le cabinet Cerexhe confirme l'intention de tout tenter pour que Jijé reste dans la capitale : Nous avons visité le musée il y a dix jours avec le ministre, explique Vincent Henderick, et l'intérêt des collections nous a convaincus de chercher une solution rapide pour éviter le départ de ce patrimoine. Nous voulons développer l'image de Bruxelles « capitale de la bande dessinée ». Le Musée Hergé est déjà parti à Louvain-la-Neuve. Il est encore temps de sauver le Musée Jijé ! Nous sommes sur la piste de nouveaux locaux, moins coûteux, pour continuer à exposer les collections en attendant la mise en place du Conseil des musées par la Communauté française. M. Deneyer peut espérer une réponse rapide.

En attendant, une admiratrice québécoise de Jijé organise une manifestation de soutien samedi, à 10 heures, devant le musée, pour faire savoir haut et fort que la bande dessinée belge n'est pas un art mineur et qu'elle fait la renommée internationale de notre pays !·

Festival de fermeture du Musée Jijé, 43, rue du Houblon, Bruxelles, 26 et 27 février, 10 à 18 heures, dédicaces à partir de 14 h 30 (tickets dès 12 heures). Entrée : 1 euro. Infos : www.jije.org.

PROGRAMME

Samedi 26. Jannin (Que du bonheur), Hulet (Etat morbide), De Brab (Sac à puces), Robin (Petit Père Noël), Legein (Dampierre), Swysen (Toute une vie), Pé (Zoo et Brousaille).

Dimanche 27. Hermann (Comanche), Jamar (Double masque), Jarbinet (Sam Bracken), Ers (Démons d'Alexia), Wozniak (Zone 51), Magda (Charly), Barton (Madre de Dios), Charles (India Dreams), Ersel (Gardien de la lance), Marvano (Dallas Bar).