Banksys à la tête de

DEPAS,GUY

Page 4

Vendredi 26 mai 1989

Banksys à la tête de

Mister Cash-Bancontact

Mister Cash et Bancontact ne font désormais plus qu'un. Les 814 guichets automatiques et les 17.000 terminaux de paiement localisés dans les grands magasins, les stations d'essence et chez les commerçants seront désormais gérés par une seule société qui portera le nom de Banksys, comme nous vous l'avions annoncé. Attention cependant, les appareils ne changent pas pour autant de nom: ils restent baptisés respectivement Mister Cash et Bancontact jusqu'à ce qu'on leur trouve un plus joli commun dénominateur (avis aux personnes inspirées).

Pour le client, peu de changement dans l'immédiat. Mais les banquiers actionnaires de Banksys ne promettent que des plus dans le futur: réduction du temps de réponse de l'appareil et des pannes, connexion en temps réel avec les comptes bancaires et accroissement du nombre d'appareils.

Il aura fallu huit mois de difficiles négociations pour arriver à cette naissance de Banksys qui, quoi qu'en disent de prudents communiqués, marque le transfert des activités de Mister Cash vers Bancontact. Des preuves? La nouvelle société sera une coopérative et comptera 330 employés dans un premier temps. Soit tout le personnel de Bancontact et une partie seulement (40?) des 135 personnes qui travaillaient chez CIG-Intersys pour Mister Cash (le reste de ce personnel sera transféré au Crédit Communal et à la Générale de Banque). Le matériel informatique retenu est celui de Bancontact et le directeur général de Banksys sera l'actuel directeur de Bancontact, M. Alloin.

Mister Cash et Bancontact étaient tous deux nés en 1977. Le premier était une initiative de la Générale de Banque et du Crédit Communal, le second de la BBL, la KB et la CGER. En 1985, un premier rapprochement avait été décidé via la mise en compatibilité des deux systèmes, permettant aux utilisateurs d'utiliser leur petite carte magnétique indifféremment dans l'un ou l'autre appareil.

Aujourd'hui, la boucle est bouclée avec la décision de fusionner les deux firmes. Banksys verra officiellement le jour lors d'une assemblée générale extraordinaire, le 14 juin prochain. Son capital augmentera de 105 millions pour atteindre 150 millions, répartis à 80 % entre les cinq promoteurs (CGER, Crédit Communal, Générale de Banque, BBL et KB) et à 20 % entre les adhérents (autres banques) du système. La fusion sera effective à partir du 1er juillet 1989 mais il faudra attendre 1991 pour obtenir une conversion de l'ensemble du réseau. Le conseil d'administration sera composé de 13 personnes, soit deux représentants par promoteurs et trois représentants des adhérents.

Au programme de Banksys, des investissements principalement dans l'achat de terminaux afin de faire face au succès des deux réseaux: rien qu'en 1988, les opérations de Mister Cash et Bancontact ont progressé de 25 %. Les responsables veulent réduire les files devant les guichets automatiques, éviter les «caisses» vides des automates pendant les week- ends. Des investissements viseront également à garantir la qualité du service en remédiant aux pannes encore fréquentes des terminaux de paiement chez les commerçants. L'amélioration de la sécurité est également prévue, tout comme la connexion en temps réel des terminaux aux comptes bancaires des clients qui sera étudiée après 1991 (aujourd'hui, le versement du salaire est pris en compte par les appareils avec un jour de retard).

Des différences dans les terminaux présentés à la clientèle subsisteront étant donné le maintien d'un nombre diversifié de constructeurs. Par contre, un effort sera fait pour que sur tous les appareils, la petite carte soit introduite dans le même sens. Du détail qui apporte cependant sa part de convivialité.

Les activités de Banksys ne s'arrêteront pas là. L'organisme pourra gérer d'autres activités, comme par exemple celles de Visa ou Eurocard. Mais ceci sera pour plus tard et dépendra des désirs des actionnaires.

BÉATRICE DELVAUX.