Banques Lutter contre la fraude Visa dévie de sa bande vers la carte à puce

CONDIJTS,JOAN

Page 10

Vendredi 2 mars 2001

Banques Lutter contre la fraude Visa dévie de sa bande vers la carte à puce JOAN CONDIJTS

La société Visa, qui commercialise la carte de crédit éponyme, a décidé de dégager un budget de 162millions d'euros (plus de 6,5milliards de francs) afin de promouvoir, en Europe, le nouveau protocole de carte à puces «EMV» (Eurocard-MasterCard-Visa). Adopté, l'an dernier, par les trois sociétés qui lui ont donné leur initiale, l'«EMV» apparaît comme le standard appelé à remplacer sur l'ensemble de la planète, au plus tard en 2005, les cartes à bande magnétique qui circulent actuellement.

Le budget de 162millions d'euros que nous avons dégagé se présentera sous forme d'incitants accordés aux différents acteurs que sont les banques, les constructeurs de terminaux ou les commerçants , explique Hugo Tembuyser, directeur général de Visa Belgique. Les détails de la répartition en fonction des pays n'a pas encore été arrêtée. Cet encouragement de la migration vers la carte à puce s'inscrit essentiellement dans une perspective de lutte contre la fraude. L'«EMV» se présente, en effet, comme la réponse à la fragilisation de la bande magnétique, confrontée à un piratage croissant. Visa évalue les pertes - sans accélération du passage à la «puce» - en la matière à quelque 700millions d'euros.

En Belgique, le taux de fraude s'élève, selon Bank Card Company (BCC, la société qui gère les cartes de crédit Visa et Eurocard-MasterCard pour le compte de la plupart des banques), à 0,08% des 80millions de transactions effectuées. Le calendrier belge de l'introduction des cartes à puce prévoit, en outre, l'arrivée des premiers terminaux adaptés en 2001 et l'émission des cartes proprement dites dès 2003. Des délais que Visa aimerait réduire.

D'autant plus que l'emploi des cartes de crédit ne cesse d'augmenter: le chiffre d'affaires de BCC atteint, en 2000, les 315milliards de francs, soit un bond de 12,3% par rapport à 1999. Le nombre de transactions (80millions) grimpe, quant à lui, de 8,4%. Et, les estimations pour 2001 confirment cette tendance qui s'explique, notamment, par l'incursion de la carte de crédit dans la vie quotidienne.