Beaupain renvoyé en correctionnelle Le «Lupin» bruxellois accusé d'avoir sauvagement agressé le prince de Mérode

CHALKLIN,MICHAEL; BELGA

Page 14

Mercredi 4 août 1999

Beaupain renvoyé en correctionnelle Le «Lupin» bruxellois accusé d'avoir sauvagement agressé le prince de Mérode

Yves Beaupain, le «roi de la cambriole» condamné le 30 juin dernier à cinq ans de prison ferme par le tribunal correctionnel de Bruxelles, a été renvoyé lundi par la chambre des mises en accusation de la cour d'appel de Bruxelles en correctionnelle à Nivelles. Il est accusé d'avoir été l'un des trois auteurs de la sauvage agression dont avaient été victimes le 14 mai dernier la princesse de Merode et ses deux fils dans leur château de Rixensart.

Surnommé Arsène Lupin, Yves Beaupain (44 ans) sélectionnait volontiers ses victimes via les annonces nécrologiques ou les bottins mondains. Il a ainsi commis des centaines de cambriolages. L'homme était «tombé» à cause de son épouse qui l'avait dénoncé après avoir essuyé des coups de feu de sa part. Il avait réussi à échapper à la justice de 1986 à 1998. Sa condamnation de juin dernier portait sur une cinquantaine de cambriolages de villas.

Condamné à la peine maximale en correctionnelle à Bruxelles, Beaupain est aujourd'hui accusé d'avoir été l'instigateur de l'«opération commando» menée au château de Rixensart le 14 mai dernier. Il était environ 21 heures, ce vendredi-là, quand trois individus cagoulés, vêtus de noir et armés s'étaient introduits dans la demeure des de Merode. La princesse Henri de Merode et son fils aîné Geoffroy avaient été ligotés et menacés. Antoine, l'autre fils, était rentré au château vers 23 heures. Lui aussi surpris et menacé, il avait cependant essayé de s'enfuir. Les agresseurs avaient tiré, dans sa direction mais sans le toucher, un coup de feu d'intimidation avant de le taillader et de le frapper au visage mais aussi de lui asséner des coups de poing et de pied sur tout le corps. Le prince Antoine de Merode avait dû être hospitalisé à Ottignies. Le butin, lui, s'était révélé minable eu égard à la violence déployée.

Me Bernard Tielemans, l'avocat de Beaupain, a annoncé mardi son intention de se pourvoir en cassation contre la décision de la chambre des mises.

Mi. Ch. avec Belga