BENOIT DE BONVOISIN,INTERPELLE ET INTERROGE,A ETE PLACE SOUS MANDAT D'ARRET

HAQUIN,RENE

Page 8

Samedi 28 avril 1990

Benoît de Bonvoisin,

interpellé et interrogé, a été

placé sous mandat d'arrêt

Jeudi et vendredi, la BSR de la gendarmerie de Bruxelles a exécuté des mandats de perquisition signés par le juge Van Espen et interpellé des personnes proches de la Cidep, la société anonyme éditrice du bimensuel Europe Magazine.

Le juge Van Espen a chargé jeudi la section financière de la BSR de la gendarmerie d'exécuter plusieurs mandats de perquisition à Bruxelles et en province, notamment à Anvers, dans le cadre d'une enquête sur la société éditrice du bimensuel Europe Magazine, la Cidep, dont le siège avait été récemment déménagé d'Etterbeek en province.

Dans le cadre de cette instruction «à charge de X...», la gendarmerie a intercepté jeudi soir le baron Benoît de Bonvoisin, qui se rendait à Paris. Il a été ramené à Bruxelles et longuement interrogé par les gendarmes, puis a été entendu vendredi soir par le juge d'instruction Van Espen, sur ses rapports avec la société anonyme Cidep.

L'interrogatoire s'est terminé vendredi, tard dans la soirée, sans que l'on puisse en connaître l'issue. Rappelons que le nom du baron de Bonvoisin (ancien trésorier du Cepic) a été cité depuis dix ans dans le cadre de plusieurs dossiers dont l'un (le dossier PDG) a récemment valu à Benoît de Bonvoisin d'être renvoyé devant le tribunal correctionnel. Une plainte déposée en 1983 par Benoît de Bonvoisin contre l'administrateur de la Sûreté de l'Etat, Albert Raes, et le commissaire Smets est toujours à l'instruction.

Vendredi, tard dans la soirée, le juge Van Espen a signé le mandat d'arrêt requis par le Parquet. Benoît de Bonvoisin était inculpé de faux et usage de faux, d'escroquerie, d'infraction à l'arrêté royal interdisant à un banqueroutier de poser des actes administratifs dans une société commerciale, infraction à la loi sur la tenue de la comptabilité et aux lois coordonnées sur les sociétés commerciales, ainsi que pour faux et usage de faux en vue d'éluder l'impôt.

R. Hq.