BESTIAIRE ÉBLOUI DES LEXIES TÉRATOIDES Courrier VII

n.c.

Page 60

Samedi 14 novembre 1998

BESTIAIRE ÉBLOUI DES LEXIES TÉRATOÏDES Courrier VII

Revenons sur certains résultats évoqués au fil des chroniques. M. Nicolas Graner, de Paris, nous prie de faire entrer le mot métadiscours dans la liste des combinaisons possibles en a, e, i, o, u (chronique du 21.10.96). Cela porte nos recensions pentavocaliques à 90 sur les 120 possibles. Le même correspondant nous signale que deux mots battent cryptographiques en longueur (le critère étant de contenir une et une seule fois le sextuor a, e, i, o, u, y): il s'agit de psychostimulantes et sphygmographiques (relatifs au tracé des battements du pouls), 17 lettres chacun. René Gotfryd, bien connu pour ses constructions record au Scrabble, nous propose d'améliorer avec RÉALÉSERAIS (11 lettres) le record du mot le plus long que l'on puisse dépouiller lettre à lettre par la droite ( filèterais, heurterais, lacèrerais et lisèrerais , cités dans le «Pyramigrammes II» du 18 décembre 1997, ne font que 10 lettres). RÉALÉSERAIS donne ainsi RÉALÉSERAI - RÉALÉSERA - RÉALÉSER - RÉALÈSE - RÉALES - RÉALE - RÉAL - RÉA - RÉ (la réale est la galère principale, destinée au roi ou à l'amiral; le réal valait un quart de peseta; la réa est la roue d'une poulie). Notre chronique sur les «homographes hétérophones» du 20 mai 1998 était consacrée aux mots qui s'écrivent pareil mais se prononcent différemment. Un abondant courrier est venu compléter la liste publiée. Voici tous les ajouts proposés, dont une bonne part est due à Jean Fontaine (qui nous signale que le Robert préfère allophone à hétérophone ): as (tu as un as de carreau?), audit (l'audit se tient audit département), ben (pt'êt' ben qu'je mettrai mon ben - pantalon), broc (j'ai vu mon broc chez un broc - brocanteur), bunker (la casemate rime avec air et le fossé au golf avec heure), champ (buvons un champ sur le champ), cossus (le cossus est un papillon qui rime avec suce), est (il est parti vers l'est), gens (la gens est un groupe de famille qui rime avec l'anglais hands ), lacs (un lacs est un piège et un lacet qui sonne comme là ), loch (le loch Ness peut ne pas se prononcer comme loque; c'est aussi un appareil mesurant la vitesse des bateaux), mil (cette céréale se prononce aussi mij), pion (le pi-on n'est pas un surveillant mais une particule), pub (apocope de publicité et bar anglo-saxon), punch (tonus comme lunch et boisson comme jonche ), rhume (nez qui coule et verbe rhumer, ajouter du rhum), surfait (surfer et surfaire), suspense (selon le contexte le groupe pen se prononce peine ou paon ), Têt (le Têt rimant avec tête est le jour de l'an vietnamien, le têt qui se prononce taie est un pot en terre). Mail - maille ou mêle - entrera-t-il un jour dans cette liste, demande avec humour notre correspondant (électronique)?

Le bestiaire du 9 juillet portait sur le son [en]. Nous y évoquions le monosyllabe le plus long comportant cette seule voyelle (au sens de l'alphabet phonétique international). Henri Altomont, de Rome, nous signale branchent, chambrent, flanchent, flanquent, planchent, tranchent, tremblent, tous à 9 lettres, qui surclassent de trois unités nos pauvres blancs, champs et autres glands: bravo! Gilles Esposito-Farèse, de Marseille, pense que la seule façon de faire pour trouver un pangramme autoréférent «pur» (cf notre antépénultième chronique), consiste à féminiser une des quatre lettres F, H, L, M en accord avec le Robert (F, H, L et M sont les seules lettres ayant les deux genres, les autres sont exclusivement masculines). Le programme de Graner/Pitrat trouve alors: «Trois a, un b, cinq c, douze e, trois f, un g, une hache, neuf i, un j, un k, un l, un m, dix-sept n, quatre o, cinq p, sept q, cinq r, sept s, neut f, dix-sept u, un v, un w, quatre x, un y, deux z». Pascale de Valensart-Schoenmaeckers, informaticienne à Maastricht, nous envoie trois «pansignes» alphanumériques qui ont le mérite d'autodécrire complètement - et indépendamment de la langue -, les 26 lettres et les 10 chiffres de nos cultures occidentales:

1 A, 2 B, 1 C, 1 D, 1 E, 1 F,

1 G, 1 H, 1 I, 1 J, 1 K, 1 L,

1 M, 1 N, 1 O, 1 P, 1 Q, 1 R,

1 S, 1 T, 1 U, 1 V, 1 W, 1 X,

1 Y, 1 Z, 1 0, 1B 1, 3 2, 2 3,

1 4, 1 5, 1 6, 1 7, 1 8, 1 9.

1 A, 1 B, 1 C, 2 D, 1 E, 1 F,

1 G, 1 H, 1 I, 1 J, 1 K, 1 L,

1 M, 1 N, 1 O, 1 P, 1 Q, 1 R,

1 S, 1 T, 1 U, 1 V, 1 W, 1 X,

1 Y, 1 Z, 1 0, 1D 1, 3 2, 2 3,

1 4, 1 5, 1 6, 1 7, 1 8, 1 9.

1 A, 1 B, 1 C, 1 D, 1 E, 2 F,

1 G, 1 H, 1 I, 1 J, 1 K, 1 L,

1 M, 1 N, 1 O, 1 P, 1 Q, 1 R,

1 S, 1 T, 1 U, 1 V, 1 W, 1 X,

1 Y, 1 Z, 1 0, 1F 1, 3 2, 2 3,

1 4, 1 5, 1 6, 1 7, 1 8, 1 9.

On notera que seuls les rapprochements typographiques 1B, 1D et 1F (sans espace) peuvent indiquer au lecteur averti que le calcul du nombre de «1» n'est pas exprimé en base 10 (c'est l'unique manière de réussir l'exercice). Les bases retenues ici sont respectivement de 23, 21 et 19 (1F en base 19 équivaut à 34 en base 10: il y a bien 34 symboles «1» dans le dernier «pansigne» (et, pour le coup, 2 lettres F).

Dans le même ordre d'idées, notre correspondante nous envoie les superbes énoncés autoréférents suivants:

«Cinq c, cinq i, cinq n, cinq q»

«Six s, six i, six x, six u, six n, un a, un b, un c, un d, un e»

«Sept s, sept e, sept p, sept t, sept u, sept n, un v, un w, un x, un y, un z, un a»

«Acht a, acht c, acht h, acht t, acht e, acht i, acht n, ein b, ein d, ein f, ein g, ein j, ein k, ein l»

«Sette e, tre e, tre s, sette t»

Ce dernier énoncé italien aurait pu figurer dans les Revenentes de Perec...

NA!

Nous demandions dans notre chronique précédente de trouver trois adjectifs qui soient plus courts au féminin qu'au masculin: ma, ta, sa sont plus brefs que mon, ton, son, non?

É. ANGELINI et D. LEHMAN