BILAN MI-VACANCES: LA REGION TOUCHE LES DIVIDENDES DU TOURISME D'UN JOUR

SCHOUNE,CHRISTOPHE; VANDENDRIES,JEAN; LEMINEUR,MARIANNE

Page 20

Mardi 4 août 1992

À mi-vacances, une augmentation du nombre de touristes est enregistrée quasiment partout dans le Brabant wallon

La région touche les dividendes du tourisme d'un jour

A de rares exceptions près, les responsables touristiques du Roman Pays affichent un large sourire alors que la saison entre dans sa dernière ligne droite.

Grottes de Folx-les-Caves. Maurice Racourt est radieux. «Ses» grottes dépasseront peut-être cette année le cap des 5.000 visiteurs. Au 1er août, 2.724 personnes avaient franchi la «porte» de ces souterrains. Pas mal pour une curiosité accessible seulement le week-end. Nous souffrons un peu d'être en Hesbaye, dit Maurice Racourt, et attirons de ce fait les touristes avant ou après la saison plutôt qu'en juillet et en août. Pour rendre le site plus attrayant encore, je compte ouvrir un petit musée de l'éclairage.

Genval. O Lac... On nage dans le bonheur, les touristes affluent. Le musée de l'Eau et de la Fontaine continue sa progression entamée depuis 1989, les cafetiers ne voient pas leur terrasse désemplir et, sur le lac, les pédalos et les planches à voile se bousculent. Narcisse Poplemon, secrétaire du syndicat d'initiative, parle de la saison touristique avec enthousiasme. Les gens ont plus de temps et moins d'argent. Ils préfèrent le tourisme d'un jour. Dans ce cadre, Genval connaît le succès. D'ailleurs, nos catalogues d'informations s'épuisent rapidement. Il est vrai que nous proposons des programmes variés de promenades à pied ou à vélo. En outre, le musée de l'Eau et de la Fontaine, en plus de l'exposition permanente, propose des expositions temporaires d'artistes locaux. Georges La Gravière y présente actuellement ses aquarelles et ses huiles, une majorité de paysages de la région. Et pour les nocturnes, la Clé de Verre, café-concert, propose les mardis et dimanches des concerts de jazz, rock...

Domaine d'Hélécine. Bilan chiffré difficile à établir à ce stade de la saison, mais bonne impression d'ensemble dans le chef des responsables du domaine. Ce dernier offre la particularité d'accueillir tant les touristes d'un jour que des manifestations extérieures. Nous nous orientons de plus en plus vers l'accueil d'événements d'envergure auxquels notre site offre un cadre aisément accessible et calme ainsi que des infrastructures de qualité, dit-on à Hélécine. Prochaines manifestations: un «son et lumière» le 16 août et le spectacle des Galeries, «Grands rires et courtes lignes», de Courteline, le 21 août, à 21 heures.

Le château de La Hulpe. La Hulpe et le temps, c'est une longue histoire. Dès que le soleil darde ses rayons sur le domaine enchanteur, le nombre de visiteurs frise le millier! Mais si, par malheur, le ciel fait grise mine, il n'y a plus un chat. Heureusement, dans l'ensemble, le domaine se porte très bien, le château réalisant régulièrement le plein avec ses séminaires, colloques, etc...

Nivelles. Pas la foule pour admirer Djean-Djean et les richesses de sainte Gertrude! Cinq autocars recensés plus, de temps à autre, quelques visiteurs solitaires. Bref, trois cents touristes chez les Aclots, voilà qui ne serait guère enthousiasmant si le phénomène n'avait déjà été constaté l'an dernier. La chaleur de l'été, sans doute... mais le musée sauve la mise. Avec ses cent soixante-cinq visiteurs, il retrouve son record de 1987, car, depuis lors, on naviguait entre cent et cent vingt curieux.

Domaine du bois des Rêves à Ottignies. Antre de verdure ottintois, le bois des Rêves voit fleurir ses visiteurs: depuis le début de l'année, les promeneurs affluent et, en ce mois de juillet torride, plus de 39.000 visiteurs ont profité de l'ombre des chemins forestiers, de la piste de santé ou de la plaine de jeux. Les responsables sont enchantés. Cela représente plus de 15 % d'augmentation! Notre infrastructure se développe pour recevoir au mieux les touristes: un nouveau pavillon d'accueil vient d'être ouvert et, dès l'an prochain, la plaine aura sa «plage-pataugeoire».

Rebecq. Moulins et musée d'Arenberg font le bonheur des visiteurs du week-end (en semaine, sur demande). Si «le Petit Train du Bonheur» prend moins de passagers à son bord que les autres années, ils sont néanmoins plus nombreux à assister aux différentes expositions et au fonctionnement «à l'ancienne» du petit moulin. À ne pas manquer dès le 22 août au musée: les collections insolites (vieux rasoirs, pinces à cheveux..).

Château de Rixensart. Le château de Rixensart vit tranquillement ses vacances. Ni trop ni trop peu d'agitation. Ouvert le dimanche de 14 à 18 heures, et en semaine sur demande, ses couloirs jouent aux machines à remonter le temps, transportant le visiteur trois siècles en arrière. Le nombre de visiteurs se maintient par rapport aux autres années, précise Antoine de Merode. Et nous avons aussi la chance d'accueillir chaque année en août la tournée de la Compagnie des Galeries, ce qui permet de faire découvrir le château.

Villers-la-Ville. Deux éléments ont permis à Villers-la-Ville de connaître un essor touristique important le mois dernier: le beau temps et «Athalie», la pièce en nocturne jouée dans les ruines. Sans pouvoir déjà évaluer cette augmentation, la satisfaction est de mise à l'Association pour la promotion touristique et culturelle de Villers-la-Ville. Le nombre de visiteurs a tellement augmenté que, pour répondre à la demande, une visite guidée est organisée chaque dimanche à 15 h 30. Du côté du syndicat d'initiative, Michel Bernier est content de la première partie de la saison. À Villers, il y a des ruines, bien sûr! Mais les gens découvrent aussi la ferme féodale, les différentes chapelles et nos 15 promenades fléchées. Août promet encore bien du plaisir: «Athalie» à peine terminée, les fêtes de la Saint-Bernard prendront le relais. De quoi drainer plus d'un touriste!

Walibi. Rien ne filtre, à mi-saison, sur la fréquentation des parcs belges du «kangourou wavrien». Ça marche très bien, y dit-on, mais les responsables du groupe préfèrent divulguer des chiffres précis au mois de septembre. Deux raisons à cela: ne pas donner trop d'indications à la concurrence et attendre le «bon» déroulement du mois d'août qui est traditionnellement le plus chaud de l'année sur le plan de l'affluence.

Waterloo. Mai et juin avaient été exceptionnels à Waterloo. Juillet a épousé la même courbe ascendante. La guerre du Golfe n'empêche plus la venue d'Américains, de Canadiens, d'Asiatiques et - nouveauté - d'Australiens. Plus proches de nous, les Italiens, les Espagnols et les Hollandais continuent de fréquenter les curiosités bien connues que sont la butte du Lion, le Centre du visiteur, le panorama, les musées de Cire, du Caillou et Wellington auxquels les Tchèques sont les seuls de l'Est à mordre.

L'industrie hôtelière n'a pas à se plaindre même si la constatation est générale: on préfère le bon marché au cher. La vingtaine de chambres offertes chez l'habitant sont occupées en permanence et les jeunes touristes sont en manque d'auberge(s) de jeunesse, une structure que réclamait déjà avec force le nouvel échevin du tourisme Yves Vander Cruysen avant même d'avoir été installé.

Ceci dit, le visiteur type de Waterloo est vêtu de l'habit familial: grand-père, grand-maman, papa, maman et les enfants. Voilà qui, en juillet, fit gravir les marches de la butte du Lion à plus de cent mille jambes. Pas mal du tout et la seule ombre est la diminution des ventes des tickets-combinés qui, de 400 à 280 F, ouvrent les portes de tous ou d'une partie des musées et curiosités rappelées ci-dessus.

M. Lr., Ch. Sc.,

J. V. D. et R. V.