BIOGRAPHIES IMAGEES AU MUSEE DES BEAUX-ARTS MONS ET VANNES : PORTRAITS CROISES

DEFFET,ERIC

Page 22

Mercredi 4 août 1993

«Biographies imagées» au musée des Beaux-Arts

Mons et Vannes: portraits croisés

Jusqu'au 29 août, le musée des Beaux-Arts de Mons célèbre à sa manière le quarantième anniversaire du jumelage entre le chef-lieu du Hainaut et Vannes, cité bretonne et préfecture du Morbihan, en abritant une intéressante exposition intitulée «Biographies imagées». À peine installé dans ses nouvelles fonctions, Michel De Reymaeker, le nouveau conservateur du musée montois, avait affirmé vouloir tirer rapidement parti des trop méconnues collections de l'institution. C'est à nouveau le cas cette fois. Avec l'appui cependant du musée de Vannes dans un parfait esprit de collaboration qui permet d'envisager des relations suivies et la multiplication d'événements communs.

«Biographies imagées»... Voilà une jolie façon de désigner une exposition tout entière consacrée à l'art du portrait à travers les trésors des deux musées. Les oeuvres venues en droite ligne de Bretagne prouvent en tout cas que cette spécialité, dont de nombreux artistes vécurent au fil des siècles, est sans frontières et qu'elle repose sur des codes précis pratiquement immuables et sur des stéréotypes qui, poussés à leur paroxysme, peuvent même prêter à sourire.

Aux murs du musée de Mons, on découvrira ainsi quelques rois de France et un Napoléon fièrement campés, des bourgeois ventrus ou sévères, des enfants aux traits angéliques et des demoiselles qui n'ont guère l'air d'y toucher. Les décors et l'habillement sont à chaque fois lourds de sens, même si très sommaires, car, comme le souligne Michel De Reymaeker, ce n'est pas l'identité, mais l'identification qui prime. Du XVIIe au XXe siècle, le peintre, comme le sculpteur ou le graveur, semble vouloir figer son sujet pour l'éternité. Avec parfois un brin de poésie et de distance ou, au contraire, un souci de la réalité et même de l'hyper-réalité tout à fait saisissant. Sorte d'arrêt sur l'image, ces «biographies imagées» permettent de partir à la rencontre de générations oubliées par la photographie.

Pas très loin des Beaux-Arts, à la salle Saint-Georges, une autre exposition témoigne du travail de deux jeunes artistes du Morbihan: Jean-Jacques Dournon et Yves Jousse. Le premier joue sur la répétition des thèmes et des figures et tente de jeter sur ses paysages un regard personnel et tout à fait contemporain. Le second, à travers d'étonnantes compositions grises, travaille sur d'anciens tableaux et autour de thèmes célèbres dont il semble s'amuser à effacer ou diluer les formes.

Les musées de Vannes et de Mons ne tarderont pas à préparer une autre manifestation commune, à Vannes cette fois. Comme dans tout bon jumelage...

É. D.

«Biographies imagées», au musée des Beaux-Arts, rue Neuve, à Mons, ainsi que l'exposition de Dournon et Jousse, salle Saint-Georges, sur la Grand-Place, sont ouvertes jusqu'au 29 août, sauf le lundi.