Bonne tenue des Rops

GILLEMON,DANIELE

Page 19

Vendredi 24 mars 1989

Bonne tenue des Rops

sur le marché bruxellois

Confirmation de la cote de Rops, à Bruxelles, dont les oeuvres, même quand elles sont de qualité très moyenne, s'en tirent au mieux, bien qu'elles n'aient pas toujours atteint les estimations fixées par le catalogue. Ces oeuvres étaient l'objet, mercredi, d'une vente aux enchères à la galerie Horta principalement mais aussi au palais des Beaux-Arts.

Ce sont évidemment les pièces uniques, aquarelles, gouaches, dessins et non les gravures qui sont du meilleur «rapport», sauf belles et rares épreuves comme la pointe sèche Mors Syphilitica, qui apparaît rarement sur le marché, adjugée chez Horta 140.000 F. Mais le meilleur prix a été donné pour une petite gouache des Cents croquis légers monogrammée et intitulée «La soeur supérieure»: 450.000 F.

Dans la même série, notons encore Les Habilleuses de Saint-Joseph, un pastel payé 360.000 F, et une autre aquarelle, Le vol et la prostitution dominent le monde, atteignant 500.000 F (au palais des Beaux-Arts). Les titres prouvent que c'est toujours l'esprit satanique de Rops qu'on consacre, son anticléricalisme, ses charges de moraliste attentif aux lâchetés et aux contradictions des gardiens de la moralité donnant lieu à des oeuvres certes marquées par l'époque mais gardant une saveur piquante et un peu littéraire. Les huiles, paisibles paysages des bords de la Meuse, sont généralement moins prisées.

D. G.