Bonvoisin

HAQUIN,RENE

Page 6

Samedi 3 septembre 1988

Bonvoisin

contre

Le Vif

L'hebdomadaire Le Vif-L'Express a publié, vendredi, l'article sur le groupe français Compagnie générale des eaux en Belgique, auquel est associé le nom de M. de Bonvoisin. Ce dernier n'a pas obtenu de le faire interdire. Selon Me Saels, conseil de M. de Bonvoisin, le tribunal, saisi d'une nouvelle requête vendredi, n'ordonne pas la saisie de l'hebdomadaire mais incrimine l'article.

Siégeant en référés, le juge Blondeel avait débouté M. de Bonvoisin qui par l'intermédiaire de Me Graindorge (remplaçant Me Saels) avait demandé de faire interdire la publication de cet article. Le tribunal, à cette occasion, avait lancé une mise en garde voilée aux journalistes publiant des faits non avérés (Le Soir de jeudi et vendredi).

Rentré à Bruxelles, Me Saels a demandé, vendredi, la saisie du Vif. Selon Me Saels, l'ordonnance rendue dit qu'il n'y a pas lieu à saisie mais admet que l'article contient des propos mensongers et injurieux.

Le Vif-L'Express a annoncé qu'il soutient la constitution de partie civile de deux de ses journalistes, Serge Dumont et Michel Balthazart (l'auteur de l'article incriminé), accusés par M. de Bonvoisin d'être «payés par la Sûreté.»

R.Hq.