Bras de fer politique autour de Eluana

LUKSIC,VANJA

Page 13

Samedi 7 février 2009

Italie Berlusconi contre Napolitano

ROME

DE NOTRE CORRESPONDANTE

Une épouvantable course contre la montre a commencé, vendredi, autour d’Eluana Englaro, la jeune femme plongée dans un coma irréversible depuis dix-sept ans et dont le père, après une bataille d’une dizaine d’années, a été autorisé par la Cour de cassation à faire arrêter l’alimentation artificielle qui la maintient dans un état de vie végétative.

Vendredi matin, dans une clinique d’Udine, les médecins ont commencé à réduire graduellement l’alimentation et l’hydratation de la jeune femme dont le tragique destin soulève les passions dans une Italie profondément divisée. Il n’y existe aucune législation en matière de fin de vie. Le gouvernement a annoncé l’adoption d’un décret d’urgence qui contredit l’arrêt de la Cour de cassation. Et cela, en dépit du refus du président de la République Napolitano de signer ce décret qu’il estime anticonstitutionnel.

Face à ce conflit institutionnel sans précédent qui oppose le gouvernement et au chef de l’État et à la Justice, Silvio Berlusconi a déclaré qu’il allait changer la Constitution en faisant appel au peuple. Mais dans l’urgence, il a décidé de transformer le décret en projet de loi que le Parlement devrait voter dans les 48 heures. Cela, en attendant que soit approuvée une législation plus complète, en discussion au Parlement. « Je ne veux pas être responsable de la mort d’Eluana, a expliqué Silvio Berlusconi qui a reçu les félicitations du Vatican pour « son courage », alors que le chef de l’opposition Walter Veltroni, lui, l’accuse d’« irresponsabilité ».

Bref, la malheureuse Eluana qui semblait au bout de son calvaire, se retrouve plus que jamais au cœur des batailles politiques, dans ce que son père Beppino Englaro, à bout de forces, appelle « un tourment sans fin ».