Bruges et Manage fabriqueront les trains d'outre-Manche Commande de Virgin à Bombardier

ZONEMBERG,FRANCOISE

Page 7

Jeudi 10 décembre 1998

Bruges et Manage fabriqueront les trains d'outre-Manche Commande de Virgin à Bombardier

La lettre d'intention avait été rédigée en mars 98 par Virgin Rail. La commande à Bombardier Transport est aujourd'hui confirmée. Et historique. D'un montant de 60,4 milliards de FB pour 78 rames ferroviaires destinées au Royaume-Uni, c'est la plus grosse commande enregistrée à ce jour par la filiale du géant canadien de matériel de transport, aéronautique et produits récréatifs.

Il s'agit de livrer et d'entretenir 352 voitures diesels-électriques qui viendront compléter la flotte actuelle du groupe Virgin Rail pour son service Cross Country. Outre l'achat, l'entretien des véhicules sera aussi confié à Bombardier et ce jusqu'en 2012, soit pendant 13 ans et 13 mois, période correspondant à la durée de franchise du groupe Virgin. Les 60,4 milliards de la commande Virgin se répartissent en fait en 38,2 milliards pour la partie entretien et 22,2 milliards pour la fourniture du matériel ferroviaire roulant.

Le volet entretien sera pour l'essentiel assuré par Prorail, l'usine de Bombardier Transport installée en Grande-Bretagne; en revanche, la Belgique bénéficiera d'une partie du volet fabrication. Les 352 voitures commandées seront produites conjointement par le Royaume-Uni, la France et la Belgique. Traduction pour notre pays: 8 à 10 milliards de chiffre d'affaires, soit du travail pour 350 personnes pendant trois ans réparti entre les sièges BN de Bruges et Manage, suivant la clef de partage traditionnelle nord-sud 60/40. Celle-ci pourrait toutefois, dans le cas de figure, tendre vers un véritable équilibre entre les deux régions. Les livraisons sont prévues entre décembre de l'an 2000 et juillet 2002.

Le contrat conclu avec Virgin Rail vient bien à point pour conforter l'emploi dans les usines belges de Bombardier, en particulier à Manage (400 travailleurs) qui produit les châssis, toitures de voitures, wagons,... et se trouve actuellement en sous-occupation. Mais il ne faut pas considérer pour autant que la commande des voitures double étage pour la SNCB, d'importance équivalente, ne nous est plus nécessaire , commente Marc Van Vooren le directeur commercial de BN à Bruges.

Les négociations sont en effet toujours en cours en ce qui concerne la fourniture à la Société nationale de chemin de fer de 210 voitures double étage, en dépit du choix de Bombardier Transport (en cheville avec Gec Alsthom Transport) comme unique interlocuteur par la SNCB fin mai 98. Des actions en justice entamées par Siemens, le concurrent évincé, contrecarrent en effet la passation du marché. De la nuance entre négociation, même exclusive, et conclusion.

F. Z.