Binettes, bobines et compagnie

DORZEE,HUGUES

Page 6

Vendredi 5 juin 2009

Dis Papa, elles servent à quoi toutes leurs affiches ?

Euh, bonne question ma chérie...

À quoi, allez, diiiis...

Je ne sais pas moi : à se faire connaître ; à dire aux gens qu’ils sont candidats ; à les convaincre de voter pour eux.

– ........... ? ? ? (grand silence).

Les enfants ont ceci de formidable : leurs questions, en apparence simples et naïves, vous obligent toujours à réviser nos évidences. Après tout, oui, en quoi ces affiches sont elles (encore) utiles ? Et puis, qu’ont-elles (encore) de politique ?

Le décor électoral de notre siècle c’est binettes, bobines et compagnie (et inversement). Des noms, des numéros et une collection interminable de visages apprêtés, pouponnés, enjoués. Avec, comme dans une pub pour Ricorée, rien que des sourires radieux, de la bonne humeur en veux-tu-en-voilà.

Les messages réellement politiques ? A quelques exceptions près – « Il est temps de passer dans le vert ! » ; « Faisons payer la crise aux capitalistes ! » ; « Wallonie région de France ! », etc,– ils sont cruellement absents. Comme s’il s’agissait de gros mots ou de vieilleries inutiles. Comme si l’électeur préférait les portraits bien léchés aux opinions bien senties. Comme si cette galerie de trombines, aussi esthétique soit-elle, avait une quelconque influence sur son vote...

Si tel est le cas, que l’on nous démontre, étude fiable à l’appui, l’efficacité réelle de cette propagande personnifiée. A voir tous ces visages radieux plantés en rase campagne ou accrochés au balcon du 14ème étage, on aurait plutôt tendance à penser que : 1. C’est si peu signifiant et tellement conformiste ; 2. Au bout du 112ème sourire « pepsodent », quelle lassitude ! ; 3. on a connu mieux pour titiller les consciences citoyennes.

Or, scrutin après scrutin, les partis s’accrochent, inlassablement. Même Ecolo, longtemps récalcitrant, a franchi le pas depuis belle lurette. Mêmes les petits partis sont devenus, à leur tour , adeptes de « l’étalage de frimousses »...

Fort heureusement, il y a ça et là quelques exceptions. Des perles graphiques (en Flandre surtout). Des vitrines commerciales arc-en-ciel où tout le monde est le bienvenu, peu importe son obédience. Des graffitis drôles ou poétiques, quelques nez rouges surcollés, un rien d’humour dans un paysage électoral bien terne et formaté.

Cette campagne-là vous fatigue et vous lasse ? Alors, égayez vous en visitant l’excellent site http://tractotheque.blogspot.com C’est une bonne dose d’ironie et de distance critique aux antipodes du marketing « binettes, bobines et compagnie. »