Centre du design : d’abord dépolluer

MATRICHE,JOEL

Page 22

Vendredi 7 décembre 2012

Urbanisme Le projet d’aménagement devrait être connu au début de 2013

La construction d’un Centre du design à quelques centaines de mètres de la gare des Guillemins, sur l’ancien site industriel Balteau – entre la rue Paradis et la rue de Serbie – reste aux agendas de la Spaque (Société publique d’aide à la qualité de l’environnement) et de la SPI, agence de développement économique : la première assure que la dépollution de cette friche d’un demi-hectare débutera en janvier, la seconde promet que l’appel à promoteurs et architectes se clôturera « en janvier ou février 2013 ». « C’est la formule design & build qui a été choisie, explique Olivier Béart, le porte-parole de la SPI. Autrement dit, les équipes qui répondent à l’avis de marché doivent pouvoir prendre en charge le travail architectural mais aussi la construction du centre. Quatre offres ont été reçues, le lauréat devrait être désigné dans quelques semaines. »

Ce projet à 1,5 million d’euros – 750.000 à charge de la Région, 600.000 à charge de l’Europe et 150.000 apportés par la SPI – porte sur la construction d’un Centre du design de 900 m2, avec notamment une salle d’exposition et des espaces de travail pour les designers. S’y grefferont un espace d’entreprises (625.000 euros amenés par la Région et de la SPI), un espace à la disposition des associations (200.000 euros) ainsi qu’une dizaine de logements, pris en charge par le promoteur. Fonds Feder obligent, le Centre du design doit être inauguré en 2015 au plus tard. « Les mêmes contraintes ne valent pas pour le centre d’entreprises et les logements », ajoute le porte-parole de la SPI.

Mais avant cela, il faudra dépolluer : les pelleteuses devraient être sur le site au mois de janvier, confirme cette fois la Spaque, chargée de réhabiliter cette friche industrielle. Le budget de cette dépollution est estimé à un million d’euros : 14 zones contaminées – essentiellement par du benzène, des huiles minérales, des hydrocarbures, des résidus d’amiante et un peu d’arsenic – ont été identifiées, elles seront excavées et leurs terres évacuées vers un centre de traitement ou, en cas de déchets de construction, promises à la valorisation. « La pollution n’est pas catastrophique et bien qu’il y ait eu production d’appareils radiographiques, aucune trace d’élément radioactif n’a été décelée », termine Jean-Frédérick Deliège, porte-parole de la Spaque.

Chronologie

1919.

Implantation des Etablissements Balteau, spécialisés dans la fabrication et la réparation de moteurs et de transformateurs électriques. En 1930, l’activité se spécialise dans la fabrication d’appareils radiographiques.

1969.

La Ville de Liège rachète l’ensemble et le convertit en garages et entrepôts. En 1994, le tout est démoli.

2009.

Le site est soumis au concours Europan, l’intention est d’y aménager un centre du design. Mais les idées des lauréats ne seront pas conservées par l’agence de développement SPI.