Chooz : Les Belges consultés sur le « plan catastrophe »

PETIT,JEAN-PHILIPPE

Page 7

Jeudi 9 avril 2009

n.c.

Brèves (1)!

Chooz
Les Belges consultés sur le « plan catastrophe »

Sur la forme, l’initiative est à saluer. Pour la première fois, le plan particulier d’intervention – le « plan catastrophe » qui serait mis en œuvre en cas d’incident sérieux – de la centrale nucléaire de Chooz a été revu en collaboration avec la Belgique.

Les services fédéraux du gouverneur de la province de Namur et le centre fédéral de crise (qui dépend du ministère de l’Intérieur) ont collaboré aux groupes de travail qui ont été constitués par les autorités françaises pour réécrire ce plan particulier d’intervention (PPI).

Un PPI doit faire l’objet d’une mise à jour tous les cinq ans selon la législation française. Celui qui est d’application à la centrale de Chooz date de 1997. Il avait été revu une première fois en 2003. La mise à jour qui vient de s’achever aboutit à un remodelage en profondeur parce que, précisément, il prend en compte pour la première fois « l’aspect transfrontalier de la gestion d’un accident sur le site de Chooz », selon les termes du communiqué de la préfecture des Ardennes.

Vu la position géographique de la centrale, carrément enclavée en territoire belge, on peut penser qu’il vaut mieux tard que jamais. Mais il est vrai qu’il fut un temps, pas si lointain, où l’information concernant la centrale passait très mal la frontière. On peut espérer, désormais, que les choses se sont vraiment arrangées.

D’ailleurs, les citoyens Belges qui le souhaitent peuvent consulter le PPI dans les mairies des communes de la pointe de Givet, jusqu’au 7 mai.J.-P. P.