Comment financer votre voiture ?

MATHIEU,BENOIT

Page 51

Samedi 17 janvier 2009

Automobile Les « conditions salon » portent également sur les taux d’intérêts

Bien choisir sa voiture est important. Cela vaut aussi pour son mode de financement.

Impossible de ne pas le savoir, ou presque. Ce samedi s’ouvre à Bruxelles le 87e Salon de l’automobile. Centré sur l’utilitaire, d’accord, mais aussi sur le loisir – les concessionnaires sont de la fête et lancent promotions sur promotions. S’il vous faut acheter une voiture, c’est sans doute le moment, d’autant plus que le secteur n’est pas dans une forme olympique.

Votre portefeuille fait également grise mine ? Pensez financement. Là aussi, les « conditions salon » pleuvent. Écartons le leasing, pas toujours accessible au particulier, et qui tient plus de la location. Pour financer la voiture de vos rêves, trois solutions s’offrent à vous.

Prêt à tempérament. Banques, courtiers de crédit et concessionnaires peuvent vous offrir ce type de crédit à la consommation. Les taux « autos » sont inférieurs à ceux des crédits traditionnels. Hors « conditions salon », CPH Banque offre pour l’instant le taux le plus intéressant : 5,09 %. Jusqu’au 2 février, CPH propose des offres spéciales : 4,89 % et 4,99 % selon la durée du crédit. « Conditions salon » que ne pratiquent généralement pas les grandes banques. Bon à savoir : les voitures écologiques bénéficient souvent de taux réduits.

Avant de vous ruer vers l’enseigne pratiquant le taux le plus bas, passez voir votre banque. « Des marges de négociation sont disponibles pour les bons clients », glissent la plupart des institutions financières.

Via des filiales financières ou des contrats avec des institutions de crédit, les concessionnaires proposent aussi des prêts à tempérament. Le taux standard est de 5,49 % chez RCI, la filiale financière de Renault. Comptez sur 6,99 % chez Volkswagen Bank. Sauf que le Salon passe par là : 3,99 % sur les petits et moyens modèles de Renault. Et 6,49 % pour Volkswagen Bank, qui intervient pour VW, Audi, Seat et Skoda.

Vente à tempérament. Il s’agit d’un crédit à tempérament où le client paye un acompte d’au moins 15 %. Il faut avoir les sous en poche, mais cela peut valoir la peine : les taux sont réduits. La vente à tempérament est principalement disponible auprès des concessionnaires. « La majorité des clients déposent un acompte », note-t-on chez Volkswagen Bank. Où le taux standard passe à 6,45 %. Durant le Salon, il faut compter sur du 3,99 % sur les véhicules de stock et 5,49 % ou 5,99 % pour les autres. Chez RCI, cela va jusqu’à du 0 % sur les petits et moyens modèles (acompte de 30 %).

Crédit « ballon ». Ce crédit existe avec ou sans acompte. Durant la durée du contrat, le client paye ses mensualités. Particularité : la dernière est salée (entre 30 % et 50 % de la valeur d’achat). Attention : l’achat final n’est pas obligatoire. Le client peut tout plaquer et repartir à pied. Ou alors au volant d’une nouvelle voiture, un nouveau crédit « ballon » à la clef. Ce crédit est plus souvent disponible auprès des concessionnaires que des banques. Notons que pour le Salon, Fortis Banque se dote de cette formule.

Principal avantage : les mensualités sont moins élevées que celles d’un prêt. Principal défaut : si le client s’acquitte de la dernière tranche, il aura payé d’un bout à l’autre plus que s’il avait contracté un crédit « normal ». « Cette formule peut être intéressante pour qui veut une nouvelle voiture tous les 4 ou 5 ans, souligne-t-on chez PricewaterhouseCoopers. Il ne faut financer que quelque 60 % du capital, pas 100 %. » Son de cloche opposé chez Test-Achats. « Le crédit “ballon” est plus cher et comporte le risque d’être lié longtemps à une marque. Un prêt est plus intéressant. Ou le leasing, pour ceux qui y ont accès. »

Quelques conseils. Pour un prêt, faut-il sonner chez une banque ou un concessionnaire ? « Les deux », insiste-t-on chez Test-Achats. Mettez en concurrence ! Soyez attentifs aux garanties réclamées – un seul exemple : votre contrat prévoit-il une clause de cession de salaire ? En termes de taux, ne prenez en compte que le TAEG, le taux annuel effectif global, qui exprime le coût total du financement. Ne vous laissez toutefois pas aveugler par lui. Certains concessionnaires qui proposent un TAEG de 0 % – pas tous ! – ne vous accordent plus de remise sur le véhicule que vous achetez ou de reprise intéressante pour votre ancien. À vos calculs.