Couvre-feu imposé aux abords de la gare

JORIS,NOELLE

Page 19

Mercredi 28 mars 2012

Sambreville Vote d’une ordonnance pour lutter contre les problèmes d’insécurité, en soirée, à Tamines

Entre 21 h et 6 h, tous les rassemblements de plus de trois personnes sont désormais interdits dans le centre de Tamines. Plus précisément à proximité de la Maison des jeunes, de l’école Saint-Jean-Baptiste et de la gare. La décision a été adoptée à l’unanimité, lundi, par le conseil communal de Sambreville.

En cause ? L’insécurité qui règne dans ce quartier, en soirée. Vandalisme, agressions, pollutions, échanges et consommations de drogues et d’alcool y sont régulièrement constatés. « Cela perturbait même nos activités. Certains jeunes qui participent à nos activités se faisaient agresser en sortant de la Maison des jeunes. La situation devenait très difficile. Il fallait faire quelque chose », témoigne-t-on à la Maison des jeunes de Tamines, qui tient à préciser que ses membres ne sont pas les auteurs de ces troubles.

Malgré les tentatives de prévention menées par la police, le phénomène persiste depuis plusieurs mois. À tel point que le collège communal, en concertation avec la zone de police, la direction de l’école Saint-Jean-Baptiste et la Maison des jeunes de Tamines, a donc décidé de prendre une ordonnance de police interdisant la tenue de rassemblement de plus de trois personnes dans ce quartier, en soirée. « Dans un premier temps, l’ordonnance est valable durant trois mois. Une première évaluation aura déjà lieu après un mois et demi. Si nécessaire, on l’adaptera », explique le bourgmestre Jean-Charles Luperto (PS).

Du côté de l’opposition, la mesure est bien accueillie. « Mais n’y a-t-il pas un risque de déplacement de ces phénomènes d’insécurité dans un autre quartier ? », s’interrogent toutefois les conseillers MR, Écolo et CDH. « Le périmètre concerné par cette ordonnance a été réfléchi et est assez large puisqu’il englobe tout le quartier de la gare. Mais si besoin, il sera modifié », promet Jean-Charles Luperto.