Crombé-Berton veut des jeunes talents

LEJEUNE, REGINE

Page 23

Vendredi 15 janvier 2010

Tournai A trois ans des élections, le MR se dit « prêt »

Il ne faut pas que deux arbres cachent une forêt exceptionnelle. » Ce qu’il faut comprendre de la formule signée Marie-Hélène Crombé-Berton ? Oui, il y a deux personnalités fortes au parti libéral tournaisien – Marie-Christine Marghem et elle-même – mais derrière se cachent des jeunes talents qui ne demandent qu’à éclore. Le point presse qu’avait organisé hier la sénatrice et conseillère communale libérale avait, malgré qu’elle s’en défend, un petit goût pré-électoral, une semaine, jour pour jour, après l’annonce officielle de l’arrivée de Rudy Demotte dans la cité des Cinq Clochers et à trois ans de la prochaine échéance électorale communale.

Car le bilan de la mi-mandature – sujet initial de cette conférence – avait déjà été présenté par Marie-Christine Marghem, en septembre dernier. Et que, de surcroît, cette dernière n’était pas au courant de la mise sur pied de l’invitation faite à la presse. Mais lorsqu’on interpelle Marie-Hélène Crombé sur l’absence de sa partenaire politique, elle répond « nous sommes deux femmes différentes et je pense qu’elle ne retirerait rien des propos que j’ai tenus. Il ne faut pas un débat entre deux personnalités fortes, ce qui est dommageable pour le parti mais un débat entre différentes personnes » et la sénatrice de balayer d’un revers de la main qu’il y ait deux clans.

Des propos qu’ont soutenus les « petits nouveaux » : Renaud Courtois et Jean-François Letulle. Tous deux se sont attardés sur des thématiques qui lui tiennent à cœur. Le sport et la culture, pour le premier, qui se doivent, dans une ville comme Tournai, « d’être un vecteur d’intégration en étant accessible à tous ». Jean-François Letulle, vice-président du MR tournaisien, ancien gendarme et consultant en sécurité-prévention, a voulu lancer des propositions concernant la problématique de la sécurité à Tournai. Optimaliser les effectifs de la police pour se rapprocher des normes KUL ou encore favoriser l’initiative policière via la mise en place d’une équipe supplémentaire, accentuer les partenariats entre le monde associatif et la police, sont entre autres mesures à mettre en place pour une police efficace. « Cette mise en valeur des talents, c’est une main tendue vers celui qui occupera le pouvoir. Nous sommes prêts à partager la gestion de la ville. C’est un positionnement : nous sommes disponibles », a prévenu la sénatrice.