DANS LES ECOLES,LES GREVES TOURNERONT EN OCTOBRE

TELLIER,DIDIER

Page 3

Vendredi 25 août 1995

Les syndicats enseignants se sont accordés sur le calendrier des grèves de l'automne

Dans les écoles, les grèves tourneront en octobre

Plus de doute : il y aura bien des arrêts de travail et des grèves dans les écoles à la rentrée. Les syndicats des enseignants se sont accordés, hier, sur une plate-forme de revendications et sur un calendrier précis d'actions.

Dans ses grandes lignes, la proposition de la CSC d'une réplique graduée aux mesures d'économies dans les écoles est reprise par le Front commun. Le mois de septembre sera relativement épargné : seuls les délégués sont appelés à se rassembler, le 18 septembre à Liège, le 19 à Namur, le 20 à Bruxelles, le 22 à Arlon et le 25 à Mons.

La CGSP aurait souhaité des «actions dures» dès le mois de septembre. Elle devra se satisfaire d'avoir convaincu les autres syndicats de programmer dès à présent les grèves tournantes pour le mois d'octobre.

LES TROIS PHASES

Le plan du front commun s'échelonne suivant trois phases. Jusqu'au 15 septembre, priorité à l'information. Les organisations syndicales multiplieront les assemblées afin de préciser les enjeux des dossiers de l'été : congés de maladie, rationalisation de l'enseignement secondaire, encadrement et restructuration de l'enseignement supérieur, encadrement de l'enseignement de promotion sociale. Des arrêts de travail de 45 minutes devraient avoir lieu dans l'ensemble des écoles le jeudi 7, mardi 12 et vendredi 15 septembre, le temps pour les délégués d'expliquer et de commenter le contenu des réformes votées le 5 août par le Conseil de la Communauté française.

La deuxième phase concerne les assemblées de militants déjà évoquées. Elle s'achèvera par la manifestation communautaire programmée à Namur le 27 septembre, jour de la fête de la Communauté française. En octobre, la grève, d'un jour, tournera de province en province, touchant celle de Liège le 2, celles du Hainaut et de Luxembourg le 10, la province du Brabant et Bruxelles, le 26.

L'objectif des syndicats enseignants est d'obtenir le refinancement de l'enseignement. Ils souhaitent que l'on anticipe l'aménagement de l'actuelle loi de financement qui cadenasse les moyens disponibles de la Communauté française. Selon les estimations syndicales - largement mises en doute par nombre d'experts - la simple adaptation du système actuel à l'évolution démographique (l'augmentation du nombre d'étudiants dans les écoles supérieures entre autres) apporterait aux écoles des moyens supplémentaires. Du côté de la CGSP, on insiste sur une voie alternative : la possibilité d'utiliser la voie de l'emprunt pour tenir jusqu'à la révision, fin 98, des actuelles règles de financement commuanutaire. Cette piste cependant ne figure pas dans le catalogue du Front commun.

D. T.