De Raversijde à Lombarsijde

DAUWE,SOPHIE

Page 5

Vendredi 5 août 2005

Vue sur mer (6) Une vaine chasse aux trésors. Sophie DAUWE

Les terres ostendaises ne se terminent pas sous les Galeries royales et vénitiennes. À l'ouest de la ville, par-delà Mariakerke, le vaste quartier de Raversijde incorpore face à la mer quelques immeubles élégants où vivent, non sans une certaine fierté, des familles ostendaises ou assimilées. Parmi elles, j'y comptais un oncle et lorsque, môme un peu casse-cou, j'allais explorer le paysage dunaire qui s'étendait à perte de vue sous ses fenêtres, il n'imaginait pas combien les bunkers enflammaient mon imagination. Mon père et ses cinq frères qui passaient après-guerre toutes leurs vacances sur la côte collectionnaient les culots d'obus en cuivre retrouvés dans les dunes, et je rêvais de ramener moi aussi un tel trophée. J'ignorais alors les détails de l'histoire, inconsciente de fouler l'ancien domaine royal de Léopold II. Par deux fois, les Allemands avaient réquisitionné ces belles dunes pour y construire leurs incongrus abris de béton, et j'avais vaguement compris que, si je disposais librement de cet incroyable terrain de jeux, c'était grâce à Charles, le prince-régent retraité ici, dès 1950, dans une modeste gentilhommière de Raversijde...

Les années ont passé, et le domaine Raversijde (059-70.22.85 - www.domeinraversijde.be) qui couvre aujourd'hui près de 50 hectares est devenu un lieu hautement protégé. Un passionnant musée à ciel ouvert qui se visite entre le 26 mars et le 11 novembre et distingue clairement les vestiges des deux guerres, raconte le mur de l'Atlantique, dispose d'un centre d'accueil et d'exposition, d'un pavillon mémorial au prince Charles et, depuis 1992, d'un site archéologique (Walraversijde) où a été mis à jour un village médiéval de pêcheurs et quatre de ses maisons reconstituées. J'imagine que ce sont les mêmes pêcheurs ou leurs ancêtres qui ont fondé en 1071 la chapelle Notre-Dame des Dunes où est enterré James Ensor...

Les kilomètres de plage qui se déploient à l'ouest sont gris et ternes. Middelkerke, la plus sinistrée des stations balnéaires, se console piteusement en égrainant sur le front de mer des immeubles aux noms exotiques : Sydney, Palm Beach, Miami... Victime de l'avidité des promoteurs, le paysage urbain agit ici comme un somnifère. Même les bancs de bois blanc et bleu sur la digue pleurent en vis-à-vis la blancheur des cabines de plage. Westende est à peine mieux lotie, mais Distellaan, centre névralgique piétonnier de cette station plus modeste, a réussi à préserver quelques villas d'antan et, comme par enchantement, on y respire davantage.

Du centre de Westende, j'aime beaucoup les petites promenades qui sillonnent l'ancienne commune de Lombardsijde. L'Hoevepad (9 kilomètres) démarre à l'ancien hôtel de ville de Westende et dévoile de vieilles fermes, le sentier Polder (10 kilomètres) évoque la vie des maraîchers qui florissaient ici aux XVIIIe et XIXe siècles et celui d'Yseland (7,7 km) passe par la dernière masure des pêcheurs d'Islande. Chemin faisant, j'ai découvert la réserve naturelle d'IJzermondig qui longe l'embouchure de l'Yser. Née d'un projet soutenu par l'Union européenne, elle a commencé à prendre forme en 1998 après le rachat de l'ancienne base navale par la Région flamande. Elle couvre aujourd'hui 130 hectares, dont des prés salés et des vasières inondés à chaque marée forment de beaux paysages mouvants selon les heures. Le bonheur de voir la nature retrouver ses droits m'oblige à rester sur un sentier trop balisé. Dommage que le respect de la nature passe par tant d'abnégation. Nous n'arpenterons plus à la façon du Petit Poucet ces belles dunes blanches et pelouses dunaires qui, au-delà du domaine militaire, se parent d'un grand phare zébré de blanc et rouge. Non, nous les longerons à pas feutrés pour que, demain, beaucoup d'enfants encore après nous puissent aussi les admirer.

Excellente table : La Tulipe (Leopoldlaan 81, à Middelkerke) : 059/30.53.40.

Office du tourisme de Middelkerke (Joseph Casselaan 4) : 059/30.03.68 - internet : dekust.org & www.middelkerke.be.