Enjeux urbains d’une élection

MOREL,PIERRE

Page 20

Samedi 30 mai 2009

Débat de campagne urbAgora met l’urbanisme liégeois en débat public

A ceux qui se plaignent d’un désintérêt de nos concitoyens pour la chose publique, le débat organisé ce jeudi soir à Liège par l’association urbAgora aura fait chaud au cœur.

La brasserie du Cinéma Sauvenière était en effet pleine comme un œuf pour venir entendre Véronica Cremasco (Ecolo), Christine Defraigne (MR), Willy Demeyer (PS) et Michel Firket (CDH) débattre des « Enjeux urbains à Liège ». La raison d’être d’urbAgora, c’est, dit-elle, la participation à une prise de conscience du caractère déterminant (et éminemment politique) de l’urbanisme et la volonté que cette question urbaine soit prise en mains par un grand nombre de citoyens.

À l’occasion de ce débat, l’association distribuait aussi une brochure reprenant les réponses des quatre grands partis (et du seul PC-GE pour les « petits », sans explication de cet honneur) à dix questions par elle posée (1).

De quoi analyser les points de convergence et de divergence des différents partis sur les grands dossiers urbanistiques liégeois.

Le tram. C’est la vedette des questions urbaines à Liège. Et il y a consensus sur sa réalisation : tout le monde le veut. Prioritairement dans l’axe Jemeppe-Liège-Herstal pour le PS et le CDH. Le MR souhaiterait tout de suite un tracé en croix, avec un axe Ans-Fléron, là où PS et CDH ne l’envisagent que dans un second temps. Ecolo, lui, estime plus pertinent de commencer par une boucle au centre-ville, sur le tracé du 4, qui permettrait de mieux desservir les quartiers très peuplés (Droixhe, par exemple).

La liaison CHB. Le dossier est lié par certains au précédent pour des raisons budgétaires. 600 millions pour le tram et 400 pour CHB, ça pourrait faire beaucoup. C’est ce que dit Ecolo, qui ne veut pas de la liaison, souhaitant « la mise en œuvre immédiate d’alternatives au transport routier ». Au nom de la fermeture du ring autoroutier et du désengorgement des quais de la Dérivation à Liège, PS, MR et CDH veulent CHB. Mais tous précisent (« à titre personnel » dit Christine Defraigne) que si un choix budgétaire se posait, le tram devrait avoir la priorité. Par ailleurs, Willy Demeyer signalait jeudi soir qu’il n’était « pas contre l’idée de refaire une étude d’impact » sur CHB comme demandé par l’Europe. Pas vraiment la position de son grand ami Michel Daerden.

Les Guillemins. Quel avenir pour ce quartier en chantier devant la monumentale gare Calatrava ? PS et CDH sont convaincus que le Périmètre de Remembrement Urbain (PRU) permettra d’éviter la spéculation immobilière et d’assurer la mixité sociale dans le quartier, sous l’égide de la Société de développement de Liège-Guillemins. Pour le MR, ce PRU est « insuffisant et n’a pas de direction claire ». Avis partagé par Ecolo (« ses objectifs ne sont pas clairs »), qui craint de nouvelles destructions dans le quartier.

Le Standard. Pour tous les partis, le choix de Coronmeuse pour le futur stade du Standard semble pertinent, même si Ecolo lui aurait préféré Bressoux, en face, jugé intéressant par le MR. Pour le PS, c’est impossible, notamment à cause de l’affectation du sol. Tous estiment possible de développer à Coronmeuse un projet de rénovation globale harmonieux (stade, FIL, Parc Astrid).

Une gare à Seraing ? UrbAgora propose la création d’une grande gare IC à Seraing à hauteur de l’esplanade de l’Avenir, pour contribuer à la réussite du Master Plan serésien. Une dépense qui paraît « déraisonnable » au PS à huit minutes de la gare des Guillemins. Le CDH se dit « favorable à tout ce qui peut favoriser les transports en commun » mais entend éviter les « gabegies » et garder un certain réalisme budgétaire. Le MR et Ecolo sont favorables à l’idée.

L’étalement urbain. Faut-il (et si oui comment ?) lutter contre la péri-urbanisation ? Le MR entend « laisser le choix à chacun de son mode de vie » et pense que Liège doit être concurrentielle au point de vue fiscal pour faire revenir des habitants. Pour le CDH, des transports publics forts, une politique foncière active et la création d’une agglomération effective sont les solutions. Ecolo plaide pour un « aménagement du territoire qui limite l’urbanisation lâche, éparpillée ». Pour le PS aussi, l’étalement urbain est une menace qui doit être combattue par « un vrai projet d’agglomération, à l’échelle des 24 communes ».

(1)Ces questions-réponses ainsi que le débat de jeudi sont en ligne sur http://elections2009.urbagora.be.