Débrayage spontané à la Médiathèque

JENNOTTE,ALAIN

Page 52

Lundi 17 septembre 2007

Médias Samedi matin, au Passage 44

Le personnel de la Médiathèque a une fois de plus manifesté sa grogne face à la perspective d’un plan social en menant une action surprise. Samedi, à l’ouverture, le personnel du Passage 44 à Bruxelles (le principal centre de prêt de l’institution) a observé un arrêt partiel de travail. Aucun prêt n’a été consenti avant que le directeur général, Jean-Marie Beauloye, n’accepte une entrevue avec le personnel, qui a eu lieu en fin de matinée.

Annoncé en juin dernier, le plan social concerne trente équivalents temps plein, soit une cinquantaine d’employés, qui devraient quitter l’ASBL avant la fin décembre.

« Nous souhaitions que la direction apporte des réponses précises à des questions que le personnel se pose », explique Noël Godts, représentant du Setca.

« J’ai confirmé au personnel de la Médiathèque que les documents promis leur seraient remis en début de semaine », indique Jean-Marie Beauloye. Ces précisions ont trait aux conditions de départ volontaire, à la Médiathèque du futur et à la réorganisation des services après l’exécution du plan social. La direction affirme que sans restructuration, la Médiathèque aurait été acculée à la fermeture en 2010.

La phase de concertation dans le cadre de la « loi Renault » devrait se terminer prochainement. Après une assemblée générale statutaire de la Médiathèque, les négociations débuteront avec les syndicats, sur les modalités de départ.

« En privilégiant le prêt numérique, la direction et le cabinet de la ministre Fadila Laanan risquent de diminuer l’offre plurielle de la Médiathèque, telle que le public la connaît dans les centres de prêt et les discobus, s’inquiète Noël Godts. Et avec un personnel réduit, elle ne pourra plus jouer pleinement son rôle de transmission du patrimoine culturel vers le plus grand nombre. Elle amorce donc, sans l’avouer, un virage élitiste. »