Déchets : le temps presse

VANHAM,VINCENT

Page 10

Mardi 21 novembre 2006

Région 33 millions pour l'assainissement des eaux par l'IBW

Le plan stratégique 2007 de l'Intercommunale du Brabant wallon est ambitieux. Les déchets sont l'un des défis.

Une année électorale est toujours une année de transition pour l'Intercommunale du Brabant wallon (IBW). Les projets les plus importants sont mis au frigo afin d'éviter qu'ils ne souffrent trop du contexte et des sensibilités exacerbées. On voit donc l'année 2007 arriver avec contentement au siège de la rue de la Religion à Nivelles. Ce siège va d'ailleurs s'étendre dans un bâtiment voisin.

A quelques jours de l'assemblée générale de l'IBW, ce vendredi, son directeur général Claude Pasture fait le point sur les grands projets qui occuperont ses services durant l'année 2007.

Tubize. Entre l'IBW et la commune de Tubize, ce n'est pas l'amour fou. L'intercommunale s'est fait « débarquer » dans le dossier de l'aménagement du zoning de Saintes II. D'autre part, l'IBW n'est pas représentée dans le syndicat d'études qui sera mis en place dans le cadre de la réhabilitation du site des Forges de Clabecq. Mais Claude Pasture tempère : « Il existe en effet quelques discordances mais j'ai bon espoir de les voir s'aplanir dans les semaines qui viennent. »

Parcs d'activité économique. La procédure exige la reconnaissance de zone et la réalisation d'un cahier des charges urbanistique et environnemental avant de pouvoir lancer le chantier. Ces procédures sont au point mort à Saintes, elles devraient aboutir début 2007 à Jodoigne et elles sont enfin terminées pour l'extension de Nivelles Sud. Un nouveau parc de 40 ha y verra le jour en 2007.

La sucrerie. A Genappe, tous les yeux sont désormais tournés vers le site de l'ancienne sucrerie. L'idée est d'y créer un parc d'activité économique environnemental sur 35 hectares, une zone d'habitat sur cinq hectares et une zone naturelle sur vingt hectares. Plus de mille emplois devraient y voir le jour. La place le long du chemin de fer serait quant à elle urbanisée.

Crématorium. L'auteur de projet du crématorium a été désigné et le lieu, contigu au cimetière de Court-Saint-Etienne, a été choisi. Les contacts vont prochainement être renoués avec le propriétaire du terrain. Les plans pourraient être prêts à la fin du premier trimestre. A terme, le crématorium devrait procéder à 1.500 incinérations par an.

Centre de tri. Après le refus du collège de Chaumont-Gistoux d'accueillir le centre de tri des déchets sur son territoire en bordure de l'E 411, l'IBW s'est mise à la recherche d'un nouveau terrain. Claude Pasture est pourtant persuadé que cette zone coincée entre l'autoroute et la RN 25 est la meilleure que l'on puisse trouver. « L'endroit est central et éloigné des habitations. Pour moi, il n'y a pas d'importance que le projet prenne place d'un côté ou de l'autre de l'autoroute. Mais le temps presse car, fin 2008, le dépôt à la décharge sera devenu impayable et le traitement des déchets aura des répercussions sérieuses sur les budgets communaux. »

Incinérateur. C'est la raison pour laquelle l'incinérateur de Virginal devra à terme valoriser l'entièreté des déchets ménagers du Brabant wallon, c'est-à-dire 116.000 tonnes par an. Quant au recours pendant au Conseil d'Etat où l'auditeur a demandé la suspension du permis d'exploiter de 1996, Claude Pasture ne se met pas martel en tête : « Nous avons un nouveau permis depuis lors, délivré après étude d'incidences. Ce recours ne me provoque donc pas de grosses inquiétudes. »

Assainissement des eaux. L'année 2007 devrait encore être un grand cru dans le secteur de l'assainissement des eaux. Trente-trois millions d'euros devraient être investis dans les collecteurs et stations d'épuration. A l'IBW, on attend aussi la décision du Conseil d'Etat concernant la station d'épuration du Hain prévue à Braine-le-Château. Plaidé il y a sept mois, le dossier est toujours pendant. « Si on mène à bien les travaux du Hain, le Brabant wallon sera épuré à 80 pour cent. Si le dossier est refusé, on retombera à 55 pour cent et on perdra à nouveau dix ans », analyse Claude Pasture.