Défibrillateur au féminin

SOUMOIS,FREDERIC

Page 30

Jeudi 10 février 2011

n.c.

Brèves (1)!

Défibrillateur au féminin

L’implantation d’un défibrillateur combiné à une resynchronisation cardiaque par impulsions électriques est deux fois plus efficace chez les femmes pour empêcher défaillance du cœur ou décès, selon une étude du Jama. Elle compare un défibrillateur combiné à un appareil envoyant des impulsions électriques à un défibrillateur seul. L’appareil combiné réduit l’incidence des défaillances cardiaques de 70 % chez les femmes contre 35 % chez les hommes. La mortalité a diminué de 72 % chez les femmes. (Fr.So)

Cancer

n.c.

Brèves (2)!

Cancer

Poumon : augmentation des décès féminins

Le nombre de décès du cancer du poumon chez les femmes augmente partout en Europe alors que le nombre total de décès tous cancers confondus diminue. Publiée dans Annals of Oncology, l’étude montre que les décès liés aux cancers majeurs comme celui de l’estomac, de l’utérus, de la prostate et la leucémie devraient tous reculer en 2011. Mais le nombre de femmes mortes d’un cancer du poumon atteint des sommets dans toute l’Europe, devenant plus meurtrier que celui du sein pour les femmes en Angleterre et Pologne. (Fr.So)

Grippe

n.c.

Brèves (2)!

Grippe

L’OMS inquiète des narcolepsies chez des enfants vaccinés

L’Organisation mondiale de la santé s’inquiète d’une augmentation des narcolepsies chez des enfants vaccinés contre le virus de la grippe H1N. Elle juge justifié de « diligenter des enquêtes plus poussées », des cas ayant été constatés dans au moins 12 pays. Ces cas ont été plus fréquents en Suède, Finlande et Islande. Rare, la narcolepsie est une affection neurologique qui se traduit par des accès de sommeil irrésistibles et de façon inopinée, ainsi que par une fatigue extrême. En Finlande, les cas ont triplé l’année dernière. (Fr.So)

Neurologie

n.c.

Brèves (2)!

Neurologie

Le Botox inefficace contre la migraine

L’antirides Botox, commercialisé dans quelques pays en tant que traitement de la migraine chronique, a une efficacité « limitée et peu convaincante », d’après une analyse publiée mercredi dans Drug and Therapeutics Bulletin. De surcroît, il aggrave les symptômes chez 10 % des personnes. Et provoque parfois démangeaisons et autres désagréments (spasmes musculaires, douleur au cou, rougeurs, éruptions). (Fr.So)

Un déficit de neuropeptide cause de la dépression

Un déficit de neuropeptide cause de la dépression

Des personnes génétiquement prédisposées à produire de faibles niveaux du neuropeptide Y, molécule jouant un rôle dans la régulation de l’appétit et contre le stress, paraissent avoir un risque accru de dépression grave. Une étude des Archives of General Psychiatry met en évidence « un mécanisme différent de ceux déjà découverts et qui sont des cibles clés de la recherche sur la dépression, comme la sérotonine, la dopamine et la norépinéphrine ». Le cerveau des sujets en déficit du neuropeptide y réagit psychologiquement de façon plus marquée à la peine physique. Ceux-ci sont proportionnellement plus nombreux chez les sujets souffrant de dépression. (Fr.So)