DEHAENE INAUGURE LE CHANTIER TGV AU MIDI

ALSTEENS,OLIVIER

Page 4

Jeudi 19 mars 1992

Avant la fin de 1993, la première rame à Bruxelles

Le chantier TGV enfin visible

L'ancien (devenu Premier ministre) et le nouveau ministre des Communications s'étaient donné rendez-vous hier matin à Forest. Jean-Luc Dehaene et Guy Coëme étaient venus ouvrir officiellement le premier chantier TGV en Belgique. Et en attendant les débuts des travaux sur la ligne TGV (d'ici à la fin de l'année?), ce sont aux ateliers et au «train-wash» que se sont attaquées les pelleteuses de la firme anversoise ABV. Un complexe comprenant plusieurs bâtiments dont le plus grand aura une longueur de 420 mètres pour une largeur de 30 mètres, capable d'accueillir les TGV trans-Manche d'une longueur de 397 mètres qui y séjourneront chaque nuit, après 2.200 km de parcours quotidien.

A quelques semaines du congrès Eurailspeed qui réunira, à Bruxelles, tout ce que l'Europe compte dans le secteur TGV, la SNCB se devait d'entrer concrètement dans l'ère TGV - pour reprendre les termes du président de la société, Michel Damar. C'est que le premier train trans-Manche est attendu à la fin de 1993.

D'ici là, la SNCB espère ouvrir quelques chantiers le long de la ligne belge. Au mois de juin, les demandes de permis de bâtir et les demandes d'expropriations seront déposées pour les tronçons frontière française-Antoing et pour le site de Bierbeek. Le temps de dépouiller et d'adopter ces dossiers (6 mois environ) et le chantier pourra débuter. L'objectif est toujours de terminer le site propre pour juillet 1996.

L'arrivée du TGV à Bruxelles et la poursuite des lignes vers l'Allemagne et les Pays-Bas (programmée en 1998) coûteront 87,2 milliards, 71,6 pour l'infrastructure et 15,6 pour le matériel roulant. La SNCB en prendra 63,6 milliards à sa charge. L'État belge et l'Europe se partageant le solde, avec des apports respectifs de 13,6 et 10 milliards.

O. Al.