DELGADO REHABILITE - SEAN YATES POSITIF AU T-W CLASSIC

n.c.

Page 20

Mercredi 11 octobre 1989

Delgado réhabilité

Quatorze mois après la fin du Tour de France 1988, son vainqueur Pedro Delgado a été totalement lavé des soupçons de dopage ayant alors pesé sur lui par le professeur Manfred Doenike, une des sommités du monde sportif en matière de contrôles antidopage, selon la revue française Vélo-Sprint 2000.

L'«affaire» Delgado était née de l'annonce prématurée d'un contrôle estimé à tort positif, suivie par celle d'une contre-expertise négative, bien qu'ayant décelé des traces de Probénécide. Ce médicament destiné à lutter contre l'acide urique a également la propriété de «masquer» les stéroïdes anabolisants. Mais, s'il avait été interdit quelques mois auparavant par le CIO à cause de cette caractéristique, il ne figurait pas sur la liste des produits interdits par l'Union cycliste internationale.

Or, d'après le professeur ouest-allemand cité par le magazine spécialisé, les profils stéroïdiens endogènes du coureur espagnol se sont révélés normaux tout au long des nombreux contrôles que Delgado a eu à subir jusqu'à la fin du Tour de France. C'est-à-dire que la carte des hormones fabriquées par le corps était tout à fait normale alors que les médications aux anabolisants abaissent de manière spectaculaire cette production.

Pour Manfred Doenike, pas de doute. Le porteur du maillot jaune n'a pas pris d'anabolisants. Car, explique le Dr Bellocq dans Vélo, le Probénécide s'efface au bout de huit à dix heures, tandis que les stéroïdes subsistent plusieurs semaines dans l'organisme.

Dernière pièce au dossier, l'explication de la prise du médicament par Pedro Delgado, selon le responsable du contrôle médical Jean Court. L'Espagnol, qui a tendance à faire de l'acide urique, a suivi les presciptions de son médecin afin de provoquer de la rétention d'eau et favoriser la circulation sanguine.

L'équivoque, conclut Vélo, et l'annonce d'un contrôle positif sont donc le résultat d'une «erreur» dont a eu surtout à pâtir l'infortuné Delgado.

Sean Yates positif

au T-W Classic

Sean Yates, le coureur britannique, vainqueur du Tour de Belgique et du GP Eddy Merckx, a subi un contrôle antidopage qui s'est révélé positif à l'issue de la première demi-étape du Torhout-Werchter Classic disputée le 9 août dernier entre Geel et Verviers. Yates avait remporté l'étape avant de récidiver, l'après-midi, à Charleroi, endossant du coup le maillot de leader de l'épreuve.