Des prélats ont-ils couvert les abus ?

GUTIERREZ,RICARDO

Page 8

Mardi 17 janvier 2012

Justice La nouvelle vague de perquisitions vise les éventuels protecteurs

Le cardinal Godfried Danneels, les évêques d’Anvers et de Hasselt, voire d’autres prélats ont-ils couvert les crimes de prêtres pédophiles ? C’est ce que cherche à établir le juge d’instruction bruxellois Wim De Troy, avec la nouvelle vague de perquisitions opérée ce lundi.

Voici un mois et demi, la chambre des mises en accusation de Bruxelles déclarait illégales les perquisitions que je juge avait menées avec fracas, le 24 juin 2010, au palais archiépiscopal de Malines et au domicile du cardinal Danneels. La Justice avait déjà invalidé, le 13 août 2010, les saisies opérées au siège de la commission Adriaenssens, chargée par l’Eglise de recueillir les plaintes de victimes d’abus sexuels.

Le juge De Troy poursuit néanmoins son enquête. Pas sur les crimes commis, qui sont du ressort des différents parquets du pays. Mais sur les éventuels faits de négligence ou d’abstention coupables et de non-assistance à personne en danger. Il s’agit, en d’autres termes, d’établir la responsabilité d’éventuels protecteurs des prêtres abuseurs.

Les perquisitions ont d’abord été menées à l’évêché d’Anvers, lundi matin, puis à celui de Hasselt et enfin au palais archiépiscopal de Malines. Le juge d’instruction Wim De Troy et une quinzaine d’enquêteurs de la police judiciaire de Bruxelles « étaient, cette fois, accompagnés du procureur fédéral Johan Delmul, et du magistrat fédéral Lieve Pellens », précise le porte-parole des évêques, Tommy Scholtes.

« Nous nous trouvons dans une phase importante de l’Opération Calice, à la recherche d’éléments fondamentaux, précise Lieve Pellens. Il y a 200 déclarations de victimes et 87 parties civiles. Nous recherchons les dossiers personnels de certains ecclésiastiques dont les noms sont mentionnés dans les déclarations des victimes ».

Des dossiers ont été emmenés. « Mais la Justice a veillé, cette fois, à nous laisser des copies des pièces saisies », insiste Tommy Scholtes. « L’atmosphère était très différente de celle des perquisitions illégales de juin 2010, poursuit l’avocat de l’Eglise, Fernand Keuleneer. Mais j’ai tout de même des doutes – pas encore de certitudes – sur la régularité des opérations, dans la mesure où le juge a emporté des dossiers qui avaient fait l’objet d’arrêts définitifs, des lettres d’avocats, et des courriers de victimes qui ne souhaitaient pas saisir la Justice… La plupart des dossiers concernent des prêtres décédés. Que cherche-t-on ? J’y perçois un acharnement à faire le procès de l’Histoire. Ces nouvelles perquisitions ne me surprennent pas, mais elles ne m’apparaissent guère très cohérentes, étant donné les efforts entrepris par l’Eglise pour lancer les procédures d’arbitrage qui permettront aux victimes d’abus prescrits d’obtenir une compensation que ne peuvent plus leur accorder les cours et tribunaux ».

L’évêque de Tournai, Guy Harpigny, estime pour sa part qu’il est normal que la Justice effectue son travail… Jeudi dernier, à l’occasion de la présentation du plan global de l’Eglise pour venir en aide aux victimes d’abus sexuels, le prélat avait admis que les évêques belges s’étaient parfois montrés « trop prudents », ces deux dernières années… « Nous avons à reconnaître que des choses graves, tout à fait en contradiction avec l’Evangile, ont été commises, et dans la tradition chrétienne, quand c’est comme ça, on demande pardon. »

chronologie

Deux ans de scandales 23 avril 2010

Aveux publics de l’évêque pédophile de Bruges, Roger Vangheluwe. Il a sexuellement abusé de deux de ses neveux. Toujours prêtre, il attend l’éventuelle sanction vaticane.

24 juin 2010 Le juge De Troy lance une vague de perquisitions à Malines, Leuven et aux archives de l’Etat, dans le cadre de son enquête sur les abus sexuels commis par des clercs.

10 septembre 2010 Le rapport de la commission Adriaenssens recense 475 victimes, dont 13 se sont suicidées. Sur 184 abuseurs identifiés, 95 sont décédés.

21 décembre 2010. Auditionné par la commission parlementaire sur les abus sexuels, le cardinal Danneels reste très réservé sur la responsabilité morale de l’Eglise.

28 décembre 2010 Le Soir obtient les aveux du « pape de l’altermondialisme », le chanoine François Houtart. Il s’est livré à des attouchements sexuels sur un cousin alors âgé de 8 ans.

29 novembre 2011 La Justice déclare illégales les perquisitions de juin 2010 à l’archevêché de Malines et au domicile du cardinal Danneels. Les pièces saisies ne peuvent être exploitées.