Deux ans après Buizingen, l’heure est au bilan

n.c.

Mercredi 15 février 2012

Le 15 février 2010, deux trains de voyageurs étaient entrés en collision à 08h28 sur la ligne Soignies-Bruxelles. 19 personnes avaient perdu la vie. L’instruction suit son cours.

Deux ans après les faits, l’enquête judiciaire est toujours en cours. Le juge d’instruction, Jeroen Burm, attend en effet le rapport des cinq experts mandatés après l’accident.

Le rapport d’expertise comporte deux parties. La première sera consacrée aux constatations techniques concernant l’accident proprement dit et devrait être terminée pour la fin du mois de mars. La seconde, qui aura trait aux constatations techniques de l’état du réseau ferroviaire au moment de l’accident, suivra par la suite.

Les experts ont notamment analysé les signaux lumineux à cet endroit mais aussi les dispositifs de freinage. C’est une fois tous les résultats d’expertise connus que l’instruction pourra être bouclée. Le feu rouge a-t-il été brûlé et si oui, pourquoi ? C’est ce que cherchent à déterminer les experts.

Les responsabilités de chacun pourront ainsi être déterminées. Le procès devra avoir lieu avant 2020, date de la prescription du dossier.

73 % du réseau sécurisé

À l’heure actuelle, les franchissements de feux rouges par des trains sont encore fréquents. L’an dernier, les trains ont brûlé 129 feux rouges, soit un de moins que lors de l’année 2010, d’après les chiffres du gestionnaire du réseau Infrabel.

A la suite de l’accident, la ministre des Entreprises publiques de l’époque, Inge Vervotte (CD&V), et le groupe SNCB avaient pris la

décision d’accélérer le programme de déploiement du système de freinage d’urgence TBL1+. 73´ du réseau en est maintenant équipé.

Ce système de « transmission balise-locomotive » vérifie que le train approche bien le signal rouge à vitesse réduite (moins de 40 km/h à 300 mètres du signal) et le fait freiner automatiquement s’il vient malgré tout à dépasser le signal. A l’époque de l’accident, à peine 24 % du réseau était équipé de ce système.

La SNCB devra faire un effort en équipant pour fin 2013 l’ensemble de ces trains du système TBL1+. Actuellement, 70 % des véhicules en sont équipés.

A partir de 2015, Infrabel débutera l’installation du système European Train Control System (ETCS), une technologie interopérable de contrôle permanent de la vitesse et des courbes de freinage, déjà présente sur certaines lignes internationales. En 2025, seuls les trains dotés du système ECTS auront accès au réseau belge.

Mobilisation des familles

Les dix-sept familles endeuillées par la catastrophe ferroviaire de Buizingen procéderont ce mercredi à la distribution d’un trac d’hommage appelant au souvenir des victimes devant les gares de Jurbise, Mons, Braine-le-Comte, Quaregnon et Saint-Ghislain.

La commémoration officielle de l’accident, en présence des gouverneurs des provinces du Brabant flamand et du Hainaut, aura quant à elle lieu le 18 février au mémorial érigé sur la place de Buizingen en hommage aux victimes de la catastrophe, a ajouté Geneviève Isaac.

(Avec Belga)