Deux grandes gueules font liste commune

BASTIN,CATHERINE

Page 19

Jeudi 19 avril 2012

Colfontaine Patrick Piérart (RSC) et Jean-François Hubert (ACDC) créent la surprise

Renouveau Socialiste à Colfontaine et Aux Citoyens de Colfontaine : ces deux nouvelles formations dans le paysage politique wasmois fusionnent pour devenir Renouveau Socialiste Citoyens Colfontaine. Le logo RSCC s’imprime avec un beau S rouge comme Socialiste. « Je siège actuellement comme conseiller indépendant mais je reste profondément attaché aux valeurs socialistes, annonce d’emblée Patrick Piérart. Avec ACDC, on part d’une page blanche, pas question de faire allusion à mon passé d’ancien mayeur même si mon expérience politique a du poids. »

Après 115 ans de majorité absolue à Colfontaine, l’opposition fourbit ses armes. La liste pluraliste C + rassemble des déçus du MR et du PS, le CDH et Écolo. Les réformateurs locaux, déforcés, n’ont pas encore présenté la liste d’Olivier Mathieu. Mais voici le duo Piérart-Hubert, bien décidé à faire vaciller le PS traditionnel emmené par l’actuel bourgmestre Lucien D’Antonio. « C’est la première fois que les Colfontainois auront une alternative socialiste car notre mouvement est clairement de gauche, revendique le leader de RSCC. Le rapprochement avec ACDC est naturel car Jean-François Hubert n’est animé que par le bien-être citoyen. » Ce dernier est novice en politique. Mais il est l’empêcheur de tourner en rond de la commune, le Zorro des petites gens délaissées. À ses côtés, Piérart, plus aguerri à l’exécutif communal, fait figure de diplomate.

Le couple se dit bien assorti et présente une liste où 23 candidats sur 27 sont quasi inconnus. Huit jeunes ont moins de 30 ans et ont commencé leur campagne sur les réseaux sociaux. Seuls Patrick Piérart et Alain Boehm sont conseillers communaux sortants. Didier Goliveau, élu Écolo de 2000 à 2006, les rejoint. Jean-François Hubert, moteur d’ACDC, est le quatrième « people » de RSCC. Signalons la présence de deux très jeunes étudiantes de 18 ans. Le panel professionnel est représentatif de la société : de la demandeuse d’emploi aux indépendants et aux fonctionnaires.

L’ambition de RSCC est réaliste, assure Piérart : « Six sièges, c’est du domaine du possible mais insuffisant pour gouverner. Au soir du 14 octobre, on ne peut envisager une majorité qu’avec C +, s’il gagne huit sièges. Mais certainement pas avec le PS. Avec lui, le divorce est consommé. »