Deux recours contre la râperie

JORIS,NOELLE

Page 24

Vendredi 18 février 2011

Eghezée

Lueur d’espoir pour les riverains de la nationale 912 (La Bruyère), surnommée l’autoroute des betteraves. Ils vont peut-être pouvoir retrouver un peu de tranquillité grâce à deux recours introduits par des citoyens, contre le permis de la râperie de Longchamps (Eghezée).

Celui-ci ne prévoyait pas d’itinéraire bis pour les camions et tracteurs se rendant à la râperie. Conséquence ? La N912 qui traverse les villages de la commune de La Bruyère, est surchargée par ce charroi betteravier. Et les riverains se plaignent de vibrations, d’insécurité, de bruits. Ils se croyaient condamnés à subir cette situation, puisque le permis de la râperie est renouvelé pour une durée de vingt ans.

Mais deux recours introduits par des riverains de la râperie vont donc peut-être changer la donne. Ils vont en effet devoir être examinés prochainement par Philippe Henry (Ecolo), ministre de l’Aménagement du territoire. Il pourrait choisir soit de confirmer le permis soit de le casser. Ou en tout cas d’imposer une déviation des transporteurs betteraviers par l’échangeur autoroutier de Daussoulx, permettant ainsi d’assurer davantage la tranquillité des riverains de la N912.

Autre bonne nouvelle pour les habitants de La Bruyère : la Région annonce que des travaux seront réalisés sur cette nationale pour notamment améliorer sa sécurité. De quel type et quand ? Patrick Dupriez (Ecolo), député wallon, attend ces réponses de Benoît Lutgen (CDH), ministre des Travaux publics qu’il a interpellé à ce sujet. Malgré l’octroi du permis, le dossier de la râperie de Longchamps n’est donc pas encore une affaire classée.