Dossier pensions : les raisons de la colère

n.c.

Page 1

Mardi 20 décembre 2011

Les trains seront à l’arrêt ce jeudi, comme de nombreux services publics. Et il y aura grève générale le 30 janvier.

L’adoption des premières mesures budgétaires prévues par l’accord gouvernemental a fait monter d’un coup la pression sociale.

En ligne de mire des syndicats, le ministre des Pensions Vincent Van Quickenborne (VLD), qui a présenté en bloc la réforme des pensions, vendredi passé en Commission des Affaires sociales. Le ministre libéral a affirmé dans les médias flamands, ce week-end, sa volonté de ne laisser subsister qu’un seul régime de pensions. Cela a sonné comme une véritable déclaration de guerre pour les syndicats.

Les cheminots étaient les premiers à monter au front, lançant un mot d’ordre de grève totale à la SNCB entre mercredi 22 heures et jeudi 22 heures.

Les administrations seront également perturbées, le front commun syndical annonçant qu’en plus des transports publics, la grève de jeudi touchera bpost et les différentes administrations publiques, fédérales, régionales et locales.

La grogne monte également chez les enseignants. Les syndicats demandent à leurs affiliés de « participer massivement aux actions menées pour préserver les pensions », même si un régime dérogatoire devrait leur être accordé par le gouvernement.

Les syndicats sont pourtant mal à l’aise face à cette montée de fièvre sociale. Leur colère contre cette réforme est tempérée par leur volonté de ne pas mettre en difficulté Elio Di Rupo.

P. 2 L’éditorial

P. 2 & 3 notre dossier

P. 13 Le gouvernement va-t-il trop vite ?

Les nouvelles règles

Les nouvelles règles L’âge minimum de la pension augmentera progressivement jusqu’à 62 ans.

La pension des fonctionnaires sera calculée sur les 10 dernières années.

Les régimes spéciaux seront supprimés.

Magistrats et professeurs perdront leurs avantages.

L’interruption volontaire de travail ne sera valorisée que pour un an.