EDVARD GRIEG, LE BARDE NORVEGIEN D'AVANT-GARDE

DEBROCQ,MICHEL

Page 27

Mercredi 29 décembre 1993

Edvard Grieg, le barde norvégien d'avant-garde

Grieg, le chantre du Nord, le barde norvégien dont la musique a tellement chanté les paysages et le folklore de son pays natal... Sommes-nous donc si sûrs de bien connaître ce compositeur dont on croit en général avoir fait le tour en citant (avec un sourire sous-entendu) «Peer Gynt» et le «Concerto pour piano»? Il y a un Grieg plus secret à découvrir, plus mystérieux et frémissant. On pense bien aux célèbres «Pièces lyriques» qui ont tant fait pour sa renommée, ces miniatures pour piano qui tombent si bien sous les doigts mêmes des amateurs. Mais il serait impardonnable d'oublier les mélodies (toutes écrites pour sa femme Nina), joyaux d'inspiration et de raffinement psychologique.

LES ASPECTS MÉCONNUS

D'UN GÉNIE ORIGINAL

Cette année où on fêtait le 150e anniversaire de sa naissance a beaucoup fait pour la découverte d'aspects méconnus du génie de ce musicien tellement original, tellement plus novateur que ce qu'on veut bien admettre généralement.

Il faut saluer d'abord l'effort de la firme Deutsche Grammophon, dont l'édition spéciale (facilement reconnaissable aux superbes reproductions de toiles de Munch ornant les livrets) a réuni pour la circonstance quelques interprètes prestigieux. Commençons avec un «must» absolu, les mélodies enregistrées par la mezzo-soprano Anne Sofie von Otter, accompagnée au piano par Bengt Forsberg (DG 437 521-2): une interprétation vibrante et colorée, aussi sensible qu'elle peut à certains moments être puissamment dramatique.

Du côté des réussites incontestables, se situent aussi les trois sonates pour violon et piano, où l'on retrouve le duo fascinant formé par Agustin Dumay et Maria Joao Pires: un mariage de la verve et du raffinement (DG 437 525-2).

Deux disques tout à fait indispensables sont également ceux réalisés par Neeme Järvi et l'Orchestre symphonique de Göteborg, reprenant des oeuvres telles que les 7 mélodies avec orchestre, le «Prisonnier de la montagne», «Devant un couvent du Sud» (DG 437 519-2) et «Terre en vue», «Olaf Trygvason» et les deux suites de «Peer Gynt» (DG 437 523-2): des découvertes fascinantes, avec des artistes tels que Barbara Bonney, Hakan Hagegard, Randi Stene...

Le célèbre concerto pour piano a trouvé sous les doigts de Lilya Zilberstein une interprétation sérieuse et solide, superbement accompagnée par l'Orchestre symphonique de Göteborg placé sous la direction de Neeme Järvi (DG 437 524-2, avec la «Suite lyrique» et «En automne»).

Epinglons encore, chez le même éditeur, les «Pièces lyriques» par Andrei Gavrilov (DG 437 522-2), un très beau disque de piano auquel on pourra toutefois préférer celui réalisé par le pianiste norvégien Leif Ove Ands-nes, regroupant la sonate op.7, les «Images poétiques», les «Feuilles d'album», les «Pièces lyriques» op. 43 et 54. Andsnes s'y confirme être l'un des pianistes les plus sensibles et les plus sensuels qu'on puisse imaginer entendre dans ce répertoire. Il signe l'un des plus beaux disques de cette année anniversaire (Virgin 0 7777 59300 2).

UNE INTÉGRALE

DE L'OEUVRE POUR PIANO

Il faut, dans le cadre des entreprises d'envergure, souligner celle réalisée par la firme Viktoria: une intégrale de l'oeuvre pour piano par Geir Henning Braten en 12 volumes, de la musique de chambre en 4 volumes et des mélodies en 7 volumes. Saluons, dans cette programmation ambitieuse, les quatuors à cordes par le Quatuor de Norvège et un disque passionnant consacré à de la musique pour cordes, enregistré par les Solistes de Trond-heim.

Mais Grieg a inspiré bien d'autres firmes... avec des bonheurs divers, il faut bien le reconnaître (ainsi, on préférera oublier les transcriptions pour flûte à bec, enregistrées pour RCA par Michala Petri et l'English Chamber Orchestra!). Mais, à prix doux chez le même éditeur, il serait dommage de laisser passer les «Historic Grieg Recordings», un coffret de 3 CD dont les enregistrements s'étalent entre 1913 (!) et 1961 et qui nous permettent de retrouver une impressionnante brochette d'artistes prestigieux, de Kreilser à Rubinstein, en passant par Juusi Björling et Lauritz Melchior. Tout n'est pas d'égale valeur, mais il y a bien des perles à y découvrir (RCA Victor «Gold Seal» 09026 61879-2).

L'inventaire est loin d'être complet et la chance sourit souvent aux mélomanes curieux et fouineurs...

MICHEL DEBROCQ